Forum Test de Mireille

Mon forum test pour codage et graphisme, pas d'inscription possible sans autorisation.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 2ème perso Naruto 2017.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mireille Van Roy
Admin
avatar

Messages : 290
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: 2ème perso Naruto 2017.    Ven 28 Avr - 0:07


Sakazuki XXFeat. Timothy Hearst de DGM.

gif
Infos générales
avatar

Nom : Sakazuki
Prénom(s) :  
Surnom :
Âge : 14 ans
Sexe :

Village : Kumogakure
Rang : Chuunin
Clan : :/
Affinités :  
Spécialités : Jinchuuriki  

Caractère


...

Histoire

Le pays du Fer était un petit pays reculé de toutes traditions shinobi. Un pays ancien basé sur l’honneur et la fierté mais qui n’en restait - à l'époque- pas moins glacial. Neutre. Une politique neutre, et presque aucune guerre ninja dans son passé. En effet, normalement, les lois des ninjas interdisent à ceux-ci d'interférer dans les affaires de ce pays. Malgré cela, le Pays du Fer développait une force militaire remarquable, reposant non pas sur des ninjas mais sur des samouraïs. Suite à la déclaration de la Quatrième Grande Guerre Ninja par Tobi le Pays du Fer a rejoint l'Alliance Shinobi et se préparera à la guerre contre le Plan Œil de la Lune de Madara parce que cela concernait le monde entier.

Le pays s'étendait autour de trois montagnes, surnommées les Trois Loups. C’est de là que viens ton ancêtre originaire de l’ancien clan samouraï : les Uesugi. Ce clan qui s’est vite développé durant la période Sengoku et qui avait acquis la première montagne des trois loups comme territoire. Anciennement prestige et  gloire… et puis plus rien. Le clan était voué à disparaître. Il aurait dû disparaître à cause d’une rébellion de la population. Toutefois, une opportunité se créa par les shinobi. Seulement, le problème était son statut de samourai qu’il dut abandonner lorsqu’il trouva refuge, durant la période de la création des villages à Kumo.

Enfin, autrefois il s’agissait d’un clan dont il ne reste aujourd’hui plus qu’une seule branche, une seule famille. C’est triste, tu l’accordes, mais ainsi va la vie. Des clans se forment et d’autres disparaissent. Une famille modeste ayant presque perdu son prestige durant les dernières guerres ninjas et surtout durant la troisième en servant Kumo du mieux possible. Envoyant ses meilleurs ninjas à la bataille. A la guerre.  

Le Clan Uesugi, devint alors inconnu au bataillon perdant ses derniers membres. Il n’y avait ainsi plus de chef de clan. Cet ancien clan oublié ne figurant plus que dans l’ombre de Kumo était spécialiste en Kenjtusu. Et pourtant, c’est dans ce clan que naquit l’hôte actuel du démon Hachibi. Une famille modeste qui réussit avec tant que mal à s’en sortir en élevant ses enfants dans la pure tradition et une bonne éducation militaire. Cependant, ce n’est peut-être pas le meilleur moyen d’arriver à ses fins et de grimper aux sommets.

Le jeune homme grandit comme fils unique de sa mère et de son père. Père samouraï et mère au foyer. Il vécut une enfance heureuse et plus au moins stable. Son éducation était vraiment très stricte et basée sur le code du samouraï. Le code d’honneur des samouraïs commençait dès le plus jeune âge pour les enfants masculins. Ainsi marchait ton clan. Depuis sa tendre enfance, son père se comportait comme quelqu’un d’important pour lui apprendre la bonne réaction.

Stricte et autoritaire, il n’hésitait d'un autre côté pas à adopter une autre manière et à le traiter comme moins que rien pour que son fils lui prouve sa valeur. Sans cesse, il entrait en conflit avec lui. Sans cesse, il emmenait son fils avec lui en rendez-vous, pas encore en mission car trop jeune... Son père le surprenait parfois et l’attaquait sans raisons également pour tester ses capacités aux sabres. Par exemple, lorsqu'il voulait simplement aller dans sa chambre...

Evidemment, sa mère était contre cet agissement de son père envers son fils. C’est pourquoi la fin des repas se finissait bien souvent en dispute. Il n'a jamais su si son père l'aimait vraiment, comme fils, ou si simplement il le voyait comme un héritier... Aujourd'hui, Oaki opte pour la deuxième option mais il ne lui en veut pas vraiment... Même si le sujet de discussion reste délicat.

Rare furent les bons moments passés en familles pour le jeune Hiro qui restait bien souvent dans son coin. Il lisait beaucoup, se documentait, observait le monde avec un profond ennui. Une vie monotone pour le préparer à un « grand destin ». Telle était la volonté de son père. Le jeune enfant c’est souvent perdu lui-même. Et dans ces moments-là, il allait se réfugier vers ses grands-parents. Surtout son grand-père qu’il voyait comme un modèle.

Sa grand-mère étant bien plus douce envers lui que sa propre mère. Il faisait…bien trop souvent référence à l’une pour énerver l’autre. Elles ne se détestaient pas, mais le fait que le fils en préfère une face à l’autre faisait naître des tensions… ce qui lui permettait de les fuir ? Ses entraînements et loisirs. Il passait son temps à les observer en dehors de son entraînement au Katana. Des étoiles pleins les yeux   à cause de son innocence, le jeune homme semble oublié les douleurs de ses blessures.

Et pourtant… c’est quelqu’un comme lui qui fut choisi pour devenir le nouvel hôte du démon de Kumo. Un jeune adolescent sans fait d’arme en particulier… à part son ascension au tournoi de Kumo venant à peine d’être promu Chuunin. Surement remarqué pour ses spécialités qui font fort pensé au style de l’ancien hôte Killer Bee. Spécialiste du Kenjutsu.

Il était là au mauvais endroit, au mauvais moment, il était apparu lorsqu’on avait besoin de lui. Lorsque Kumo avait besoin de quelqu’un d’assez fort et robuste pour sceller le démon. A fois, fierté… et mépris pour Kumo qui lui vola le reste de son adolescence alors qu’il rentrait d’une mission avec ses équipiers. Il commençait à peine à s’habituer à la mentalité d’être shinobi que déjà on voulait se servir de lui comme une arme. Une lame fine qu’ils avaient dit. Un bretteur. Pourquoi confier une telle puissance à quelqu’un comme lui ?

Peut-être aussi parce qu’il avait un semblant de différence avec les autres candidats de son âge ? Il était dans les meilleurs de sa promotion à sa sortit de l’académie. Son talent de ruse et ses stratégies… firent leurs preuves un bon nombre de fois pour sauver ses coéquipiers ou battre un puissant adversaire sans avoir la force d’un Jônin. Il voulait prouver que la force ne faisait pas tout. Son meilleur atout ? La motivation. Motivé à s’en sortir il l’était. Il voulait sortir son clan des profondeurs de l’oubli.

Et si pour s’en sortir si… il devait devenir un hôte… une arme… alors il le ferait. Pour le bien de son clan et si cela pouvait permettre de redorer le blason oublié alors pourquoi pas. Il était le nouvel espoir du clan. Le futur chef. Et la puissance lui serait donné par ce village : Kumo. Le Shogi devint le seul moyen pour lui de se détendre après le scellement de son Bijû. C’est notamment grâce à cela, qu’il trouva quelques amis en plus de ses coéquipiers d’origine… Après avoir été lié à ce démon craint par tous depuis tant d’années. Pourtant, il existait un homme avec lequel Gyôki sympathisa vraiment : Killer Bee.

Son style de combat lui ressemblait un peu mais pas autant que certains auraient pu le penser. Et puis, bon, ce n’était qu’une vilaine rumeur parmi tant d’autre alors pourquoi s’y faire hein ? Il était bien au-dessus de tout cela lui. Pourtant, il réalisa bien vite qu’il était devenu une arme pour son village. Il eut du mal à s’y faire. Vraiment beaucoup puisqu’au début, son intégration se fit avec pleins de moqueries, surnoms idiots, et beaucoup, beaucoup de rumeurs sur son chakra, un mystérieux chakra et pourtant... envoyant des ondes positives à ceux autour de lui.

Petit à petit mis à l’écart mais continué à être entraîné dans les valeurs que défend Kumo. Il devait devenir encore plus fort pour pouvoir supporter ses changements. Pour la gloire de Kumo et de ses ancêtres, il allait devoir tout sacrifier. Assurer son avenir au sein du village, tel était sa destinée, déjà toute tracée par la roue du temps.

Derrière l'écran

Prénom/Surnom : Ici
Âge : Ici
Comment avez-vous découvert KnS : Ici
Qu'en pensez-vous : Ici
Suggestions : Ici



Dernière édition par Mireille Van Roy le Sam 29 Juil - 21:10, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://codagemireillefotest.forumactif.org
Mireille Van Roy
Admin
avatar

Messages : 290
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: Re: 2ème perso Naruto 2017.    Jeu 1 Juin - 23:48


Uzumaki TsukiyoFeat Avatar

gif
Infos générales
avatar

Nom : Uzumaki
Prénom(s) : Tsukiyo
Surnom : Tsu, Suki, Kiyo, Iyo,Tsutsu, Kiki, Kiyo.
Âge : 15 ans
Sexe :

Village : KonohaGakure
Rang : Genin
Clan : Uzumaki
Affinités :
Spécialités : KG Chaînes - Sensoriel - Kenjutsu

Caractère

Tsu est une personne relative simpliste et très facile à cernée. La première chose que l'on remarque chez la blonde, c'est sa gentillesse, son attitude joyeuse et son grand cœur. Elle n'aime pas quand il y a des conflits autour d'elle et préfère voir les gens sourire et rire dans la bonne humeur.  Elle est toujours là pour vous épauler quand ça ne va pas. Elle se met trop souvent à la place des autres. Elle imagine bien trop la douleur qu’ils peuvent ressentir lorsqu’ils sont frustrés ou en colère, il lui arrive également de pleurer en même temps lorsqu’une personne autre qu’elle ressent une profonde tristesse.

Elle n'hésite pas à aider et à donner dès qu'elle peut en avoir l'occasion beaucoup pour les autres. Elle fait d'ailleurs bien plus confiance aux autres qu'à elle-même. Elle a besoin des autres pour exister. Ce sont eux qui guides ses pas. Son démon, sa famille, ses proches, son village, son kage. Toutes ces personnes sont importantes pour Hi. Elle sera toujours là, au risque de se perdre elle-même. On lui a souvent dit « Ta main sur le cœur te perdra tu sais ». Elle fera n'importe quoi pour les protéger, quitte à sacrifier volontairement sa vie.

Toujours à l'heure pour un rendez-vous, toujours là quand on la demande. La politesse dans laquelle sa mère l'a élevée s'est reporté et l’a rendu bien trop cordiale. Si au début, on pensait sa mère trop protectrice, cela a quand même influencée beaucoup la jeune femme. Cela se retrouve aussi dans ses propos, qui sont simples... mais parfois bien cassants avec la vérité bien là où ça fait mal.

Et puis, pourquoi mentirait-elle ? En disant qu'une chose va bien à une personne, alors qu'elle pense le total contraire ? La personne en face d'elle a le droit de savoir pour elle. Même si parfois, elle ne fait pas attention à ce qu'elle dit, et que cela lui échappe, la plupart du temps, c'est dit intelligemment et avec subtilité pour bien se faire comprendre de la personne en face.

Elle est vue de manière générale comme étant Rêveuse, Curieuse et idéaliste et comme une personne désinvolte, sans gêne.  Elle ne s'adapte pas, elle juge et agit en conséquence. Cela peut parfois être vue comme provocateur, c'est un fait, mais elle s'en fiche. « D’autant plus qu’elle répond au tac o tac » dirons certains de ses coéquipiers. Intrépide, elle ne craint pas le danger, et affronte bien souvent les dangers sans avoir peur. Le principal souci étant que mademoiselle est flemmarde. Elle a une flemme considérable de se battre. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle avait choisi un style de combat à distance avant de devenir hôte.

Maladroite, et Maniaque sont ses deux plus gros défauts. Bien sûr, cela peut arriver à tout le monde de tomber, ou de se faire mal de temps à autres ! Mais pour Hiro… cela arrive vraiment très fréquemment, pour tout et n’importe quoi. Par exemple, un coin de temple, un coin de poutre, marcher sur un lacet défait etc… Maniaque… parlons-en ! Un vrai problème lorsqu’on shinobi ! ou pas…en tout cas, une chose est sure, elle a quelque tics genre se laver les mains chaque mission, dépoussiérer ses vêtements, ou remettre en place tout ce qui est de travers. Que ce soit du bidule quotidien… genre sa chambre, à ses cheveux.  Pour en finir avec cette personnalité, nous parlerons de deux choses.

Le combat est vu par Hiroaki comme une formalité facultative. Elle déteste devoir prendre les armes d'ailleurs, elle remercie bien sa capacité héréditaire, son Kekei Genkei. Si elle avait pu avoir une famille avec un glorieux passé, ça aurait été avec un grand plaisir. La jeune femme, est une grande rusée, et stratège qui met son intelligence et la raison en combat pour survivre. Elle analyse son terrain avant de tenter une action, et ses chances de victoires. C’est donc une personne qui conçoit avec une grande habileté la manière de mener une action pour qu'elle porte au mieux ses fruits.

Histoire

Tsukiyo est née lors d'une nuit de pleine lune et d'étoile un soir d'été à l’hôpital de Konoha, de sa mère Mion Uzumaki et son père Fuyyuji Uzumaki. Son père était chef d’entreprise dans le secteur du jeu et sa mère n’était qu’une simple commerçante à la boutique de fleur Yamanaka. Elle fut dès sa naissance chouchoutée de toute part par sa famille et obtenait toujours tout ce qu'elle voulait. Et devint une enfant capricieuse bien qu'elle fût calme. Elle apprit à lire et à écrire grâce à ses parents. Dès qu'elle posait une question ses parents faisaient de leurs mieux pour y répondre, elle passait son temps à se disputer avec son frère à regarder le ciel, à dessiner et à se promener dans la rue pour découvrir le monde qui l'entourait.

Elle aidait aussi parfois déjà ses parents dans les boutiques ou dans les tâches ménagères. C'était donc une jeune fille sans histoire, qui eut une enfance banale et heureuse et qui aimait collectionner les objets. Elle se fit au fur et à mesure du temps des amies, bien que ce ne fût pas facile de les approcher. Ses parents n'étant pas assez riches pour lui payer l'école mais elle étudiait avec ses parents. Au début, notre demoiselle n'était pas destinée à devenir un ninja, une Kunoichi. Non, elle était contrainte de rester dans son centre-ville et sa petite maisonnette.

Pourtant, un jour, une résidence à quelque pas de chez elle, accueillie une nouvelle famille : les  Komori. Ils avaient un garçon d’à peu près son âge et c’est ainsi qu’elle fit la connaissance de Daiki. Très vite sa famille et la sienne sympathisèrent, et devinrent amis. Entre voisin il était normal de s’entraider, et les Uzumaki étaient déjà bien intégré au village depuis tant d’années.  Le jeune homme venait parfois chez eux lorsque sa mère ne pouvait pas le garder. Tsuki fut ravie de pouvoir essayer de sympathiser avec le jeune garçon. Et l’idée d’avoir un ami lui faisait plaisir ! Seulement, Daiki ne semblait pas du même avis. Il la considéré bien trop vite comme une rivale.

Alors elle en fut très triste, elle essaya encore et encore. L’Uzumaki était fascinée par son voisin. Il avait quelque chose de particulier, une âme qu’elle n’arrivait pas à cerner. Il pensait que la demoiselle voulait être la plus forte en tout, dans tous les domaines. Ce qui était faux ! En histoire, elle voulait être incollable, en ninjutsu aussi, elle voulait être comme son ancêtre c’était vrai, mais être différente elle aussi.

Depuis toute petite, elle lisait des livres sur l’histoire du village, et entendait des légendes d’autres fois de sa mère sur le clan Uzumaki. Originaire du Pays des tourbillons, ils étaient craints et respectés pour leurs capacités à créer des fuinjutsu et pour longue longévité. Leur chakra exceptionnel qui forgeait des chaînes et était l’allié d’excellence des Senju.

Un jour, ses parents discutèrent de l’avenir avec la famille de ses voisins. Et ils voyaient grands pour leurs petits… Sa mère était pour, mais son père était contre. Alors sa mère comprenait le choix du refus de celle de Daiki. Grâce à l’aide du père de Daiki, Takeda Tsukiyo eu accès à l’Académie et ainsi son père la força à entrer dans l’Académie de Ninja afin qu’elle puisse être capable de se défendre lorsqu’elle héritait de son entreprise.

Si au début ce choix était purement stratégique, cela se révéla vite un atout, et une voix logique pour la jeune Tsukiyo. Il voulait que Tsu le devienne utile, surtout moins flemmarde et intransigeante sur son avenir. La séparation fut très dure, mais elle préférait ça que de rester ici. La demoiselle avait à peine eut six années. Elle rêvait d'avoir une vie d'aventure, où elle ne s'ennuierait pas, pas d’une vie déjà toute tracée par son père. Elle voulait choisir elle-même… alors elle accepta de suivre son ami Daiki et d’aller à l’académie. C'était pour ça qu'elle avait quitté le domicile à la prochaine rentrée.

Ce fut une belle surprise de se retrouver dans la même classe que son voisin, à croire que les professeurs charger des équipes et des listes de classes avaient des oreilles partout ! Elle était très heureuse et lui aussi apparemment ! Ce qui la surprise vu qu’elle se pensait être une rivale.  Seulement, une classe de vingt personnes c’était assez gros comme groupe. La jeune Tsu se sentit vite dépassée par les relations qu’elle pouvait se faire. Au milieu de la classe, presque invisible, sur le côté. Voilà quel était son rôle, bonne élève, elle faisait tout pour réussir et ramener de bonnes notes pour prouver sa valeur.

C'est ainsi que sa vie commença à changer petit à petit. Si au début, l’intégration fut catastrophique car très renfermée, et timide… au fur et à mesure qu’elle apprenait, écoutait, en apprenait plus sur les grands ninjas du monde et sur les règles élémentaire… au fil du temps, elle changeait et prenait confiance en elle et acquit de la maturité. En apprenant à se débrouiller seule et à devenir autonome. La jeune femme apprit beaucoup de choses grâce à l’Académie. Des choses qu’un précepteur n’aurait pu lui apprendre s’il n’avait été Ninja.

Un jour, lors d’un cours classique sur le ninjutsu, un professeur lui demanda si elle voulait bien montrer l’exemple d’un exercice pour utiliser le Ninjutsu Affinitaire. Différent de celui basé sur du chakra pur et dur.  C’est là qu’elle découvrit pour la première fois, son Kekei Genkei. Son don héréditaire très rare qui auparavant avait la renommée du clan Uzumaki : les chaînes de Chakra. C’est aussi à partir de là, qu’elle apprit que sa mère était une descendante de ce fameux clan. Naruto Uzumaki, Kushina Uzumaki sont surement les membres les plus connus du clan, femme du Quatrième Hokage et Mère du Septième Hokage en personne ! Ancien Jinchuuriki de Kyubi. La dernière utilisatrice connue étant Kushina Uzumaki.

C’est ainsi que Tsu se passionnait de plus en plus pour le monde Shinobi. Héritière d’un talent quasiment oublié, les chaînes de Chakra était cette capacité un peu sortie de l’imaginaire et qui impressionnait. Elle pouvait tout faire ! Autant combattre à distance, qu'au corps à corps… pourtant, la seule chose qu'elle trouvait étrange, était que ces chaînes venaient de son corps et étaient matérialisées par le chakra en lui-même. Elles avaient même le pouvoir de sceller...

Elle était impressionnée par ses propres facilités à s’en servir. Il ne s’agissait que de simples signes de la main… et d'une forte mentalité pour matérialiser pleinement la chaîne. Elle fut accueillie au sein d’une équipe de quatre personnes en incluant le sensei, suite à son obtention de diplôme de Genin. Elle était très trouillarde et abandonnait facilement à chaque obstacle malgré une bonne détermination. Elle avait des exercices physiques et des épreuves morales.

Elle mit du temps à comprendre comment activer son Kekei Genkei, quels signes faire, quels techniques développer, quelles défenses efficaces utiliser en combat. C’était difficile pour celle qui n'avait jamais vécu dans un tel monde. Elle était impressionnée à chaque progrès qu'elle faisait. Cela lui redonnait courage, surtout avec les encouragements de son nouveau professeur. Quand on daignait d'être patient et de lui apprendre quelque chose, il se révéla qu'elle apprenait, analysait et retenait vite.

Elle s'adaptait aussi facilement à ce qu'on lui demandait. Cela dura une bonne dizaine d'années pour qu’elle puisse enfin évoluer et devenir un jour  chuunin  puis Jônin supérieur et entrer au service de son village dans l’un des domaines supérieur comme Anbu par exemple.

Derrière l'écran

Prénom/Surnom : Ici
Âge : Ici
Comment avez-vous découvert KnS : Ici
Qu'en pensez-vous : Ici
Suggestions : Ici

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://codagemireillefotest.forumactif.org
Mireille Van Roy
Admin
avatar

Messages : 290
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: Re: 2ème perso Naruto 2017.    Sam 10 Juin - 0:35


Hyûga Aona Feat. Ren Hakuei de MAGI: The Labyrinth of Magic


Infos générales
avatar

Nom : Hyûga.
Prénom(s) : Aona
Surnom : A-chann, Ao, Ona, la feuille blanche
Âge : 28 ans
Sexe :

Village :  Konoha - Membre de Muraseimon
Rang : Jûnin Sup - Membre de Muraseimon
Clan : Hyûga  
Affinités : Fuuton
Spécialités : Byakugan + Genjutsu + Iroujutsu

Caractère

 
Vous savez, l'homme est capable du meilleur comme du pire. Pour toi, le savoir c'est le pouvoir, et la manière dont nous allons l'utiliser détermine ce qui rend l'humain bon ou mauvais. Le savoir c'est aussi l'intelligence. La réflexion. La capacité d'analyser une situation est différente pour chaque être dans ce monde. En soit, on peut aussi en conclure que ce qui développe le caractère de quelqu'un, c'est l'environnement dans lequel il grandit. Ce sont ses repères, son cocon, sa famille, ses proches, « ses amis ». Les gens qu'il aime mais aussi sont éducation.

Voilà ton avis, en ce qui concerne ces deux points de la vie que tu trouves « philosophiques ». Maintenant, plongeons un peu au cœur de cette personnalité, cette identité qui est la tienne : Aona Hyûga. Petite, tu étais une enfant pleine de liberté, intrépide, souriante, rêveuse. Tu étais tout le temps-là à vouloir être dans les premières, être le centre d'attention provoquer, embêter les autres.

Tu ne sais plus trop si tu attaches encore une importance particulière à l'amitié. Crois-tu encore à ses valeurs de respect entre les gens ? Tu ne sais pas trop. Pourtant, enfant tu étais une élève modèle qui travaillait pour réussir. Cependant, tu étais assez défaitiste et réaliste. Peut-être même trop terre-à-terre en ce qui concernait tes envies, tes motivations. Tu te freinais et te fermais beaucoup de portes d'après tes proches et ta famille.

A ce qu’il parait, tu étais « talentueuse ». Oui pas étonnant… Tu devais travailler encore et encore avant d’arriver à réaliser ta tâche. Et encore, tu ne peux toujours pas prétendre avoir été « parfaite », pourquoi ? car encore une fois, tu es réaliste… ? ou peut-être trop modeste…Personne ne peut être parfait. L’homme lui-même n’est pas né pour être « parfait ». En fait, tu t’en foutais complétement et tu t’en fous toujours autant… de ce qu’on pense de tes capacités. Tu savais ou tu voulais aller talent ou pas… et tu le sais toujours. Tu veux aider Muraseimon à aller le plus loin possible… Muraseimon est tout pour toi.

Tu es prête à tout pour cette organisation. Quitte à donner ta vie ? Peut-être que tu n’hésiterais pas ? Tu ne savais pas vraiment là par contre. Tu ne te laissais pas faire. Tu n’aimais pas être faible devant les autres. Tu étais aussi très susceptible sur certains sujets genre… le clan Hyûga par exemple… sur ton Byakugan… sur ta taille, ton poids ou ta force physique. Aujourd’hui… tu dois dire que tu es une personne bien différente. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’en grandissant… tu te mise volontairement à l’écart des autres.

Et puis, tu n’as pas non plus chercher à garder le contact avec eux. Comme tu estimais que pour qu’il y est un semblant de relation, cela ne devait pas être en sens unique… c’est-à-dire, que toi qui fasse des efforts pour l’entretient… eh bien tu te lassais. Blasais. Ce fut aussi simple que cela. Tu sais bien, que personne ne peut aimer tout le monde, loin de là. Mais… quand même, il y a des limites… après...  « La liberté des uns, s’arrête là où commence celle des autres ». Cette phrase prononcée par tu ne sais plus qui, en est un bon exemple.

Cette phrase fait partie de tes nombreuses philosophies de vie, de tes nombreux principes. Ce qui peut être stupide pour certains, tu l’accordes. Pourtant, tu marches un peu comme ça. Sur des principes. Tu es quelqu’un de lunatique. C’est-à-dire que tu changes d’humeur assez souvent. Ce qui a tendance à jouer en ta faveur, comme en ta défaveur. Vu que tu suis donc tes émotions… et que tu vis au jour le jour, pensant que demain est un autre jour… bah voilà.

Tu es une polyvalente. Une médiatrice. Une neutre quoi. Quelqu’un qui fait en fonction des gens et de l’ambiance qui se trouve autour de toi.  Tu plais ou tu ne plais pas, tu ne vas pas chercher plus loin. Tu as trop souvent été déçu par les autres. Pour faire désormais le moindre effort. Ce qui fait que peut avoir plusieurs facettes. Mais bien souvent, tu apparais en premier lieu comme très réservée, très renfermée, calme.

Non tu n’es pas sourde. Ce n’est pas la peine de venir crier à tout va dans tes oreilles. Tu entends les gens parler. Seulement, il ne faut pas rêver. Si la personne ne te dis rien… bah elle restera une simple connaissance. Ni plus ni moins. Tout le monde est logé à la même enseigne. Ou presque, car oui il existe des exceptions. Il existe des personnes qui arrivent à s’entendre avec toi. Parce que tu acceptes d’ouvrir ton cœur. Ton esprit est surement captivé par quelque chose. Il faut attiser une petite flamme pour que vous ayez une chance de briser la glace. Et ainsi obtenir ta confiance.

Tu es très difficile d’accès. Et tu choisis donc pour ne pas te laisser envahir, ni trop t’attacher aux personnes. De peur d’être une nouvelle fois déçus. C'est une manière de garder la distance. Et dire que tu n'as de compte à rendre à personne, ni pour un chef, ni pour une dette à quelqu'un. « Mieux vaut être seule que mal accompagner ». C’est ce troisième principe que l’on peut observer chez toi. La première fois que l’on te voix dans la rue. Tu es autant capable que tout le monde. Et tu te sens capable de vivre sans avoir besoin de quelqu’un auprès de toi tout le temps. Même la compagnie d’un homme te fait parfois… défaut. Pourtant, il est clair que tu n’es pas toujours comme ça ! Les gens qui te connaissent très bien décrirons même une toute autre vision. Cependant, « il ne faut pas se fier aux apparences… ».

Tu es une personne intuitive. Empathique, qui arrive facilement à se mettre dans la place des autres, et assez ouverte d’esprit. Ce qui parait difficile à croire, tu vous l’accordes. Pourtant c’est la vérité. Ne vous fiez pas à la façade qui se tient devant vous. Tu tends l’oreilles, et tu prêtes ton épaule comme soutient. Tu te sens mal à l’aise lorsque tu es pris de court. Ou que tu te fais remarquer sans le vouloir. Tu es une diplomate, et une pacifiste. Tu n’aimes pas les conflits, les disputes. Tu as tendance à les fuir lorsque les situations gênantes dérapent. Tu es gourmande. Tu es très débrouillarde, et intrépide. Tu aimes l’aventure et explorer le monde qui t’entoure. L’honneur et la loyauté sont encore des valeurs importantes pour toi.

Tu es une femme de lettre, qui lis, se documente, regarde régulièrement l’actualité. Tu es par contre… très maladroite. Tu fais souvent des tâches, tu te prends toujours les coins de meubles, tu te pinces les doigts… tu marches là où il ne faut pas. Parfois, tu en viens à te demander si t’as bonne étoile ne te délaisses pas un peu… Tu n’es pas très croyante en quelque chose ou en un être. Tu es Athée et fière de l’être. Pourtant, tu es prête à te battre jusqu’au bout parfois, lorsque tu penses qu’une cause réaliste est faisable.

Oh oui, madame, tu juges beaucoup de choses mais ne dis-t-on pas que le silence est d’or et la parole d’argent ? Eh eh. Tu vous laisses imaginez. Ah oui, un dernier détail… tu aimes beaucoup cette ère de paix qui règne. Tu espères qu’elle continuera. Tu ne veux pas d’une cinquième guerre ninja… quoi que ? Ton avis reste mitigé sur la question, vous voyez.

Tu penses avoir assez parler de toi, mais si vous voulez quelques renseignements supplémentaires… en voici qui peuvent être considérées comme de drôles « anecdotes ». Tu aimes les animaux, la photo, la peinture, la musique. Tu n’aimes pas les insectes, certaines races d’oiseaux… et tu détestes les araignées et les serpents. Tu es claustrophobe.  

Histoire

Ta vie commença, il y a une trentaine d'année. Pour comprendre, comment tu évoluas, il fallait passer par l'environnement de ton enfance. Ta jeunesse. Si vous étiez des courageux, tu vous invitais volontiers à passer la porte de la ville, ou plutôt du village où tu grandis. Une fois cela fait, nous tombons au cœur du domaine du clan Hyûga. Au sein d'une petite maison en bois toute simple à un étage. Le clan Hyûga était désormais une famille des plus normales. Il n'y avait plus de branches, plus de famille principale et secondaire. Plus de règles et de traditions. Elles furent pour la plupart toutes abolies grâce à vos ancêtres Hinata Hyuga, l’une des dernières héritières et Naruto Uzumaki, le septième Hokage. Ton père était un simple commerçant lambda et ta mère était une femme au foyer.

Durant les premières années de ta vie, tu étais chouchoutée de toute part et tu recevais toujours tous ce que tu désirais. Tu n’avais jamais manqué de rien. Tu apprenais à écrire et à lire grâce à ta mère et ton frère. Tu avais une relation assez tendue avec ton père et une relation plus tempérée et douce avec ta mère mais celui dont tu restas le plus proche fut ton frère. Il prenait tout le temps soin de toi. Vous passiez votre temps ensemble à vous amusez dans le domaine du clan, faisant parfois les quatre cents coups.

Vous le passiez aussi à vous disputer, à vous taquinez ! A vous entraînez aux techniques du clan, à dessiner, à photographier, à la musique. Tu traînais parfois avec deux enfants du village avec qui tu avais des liens assez forts. Combien de fois vous vous faisiez réprimander, car vous pensiez bien faire ? Combien de fleurs aviez-vous cueillit et fait séchez ? Combien de nuages avez-vous regardés ? Combien d'étoiles aviez-vous comptés ? Combien de plumes et de bibelot avais-tu dans ta chambre... Tu appris à t'occuper du jardin et découvrir le monde qui t'entourais, étant dotée d'une grande curiosité quand tu posais une question, ils répondaient à ce qu'ils pouvaient répondre.

Pour le reste tu allais satisfaire ta curiosité à la grande bibliothèque. Les années passèrent tellement vite, que tu étais désormais en fasse d'entrer à l'académie de ninja. Tu avais appris tellement de choses, à part les leçons évidentes qu'on apprendrait dans une école, comme les mathématiques, les sciences, la géographie, etc. Tu y suivais des cours ninjas spéciaux, où tu apprenais des choses sur les autres cultures et l'arrangement de fleurs qui devait normalement aider à se fondre dans l'environnement lors d'une mission d'infiltration.

Tu y apprenais aussi les règles les plus élémentaires des Shinobi, comme être former au chakra et apprendre comment l'utiliser, les signes de mains et les niveaux de base du taijutsu, genjutsu, ninjutsu. Les tactiques et stratégies. On t’enseignait aussi les rudiments de l'élaboration de pièges que dans le renforcement physique et spirituel. Ce que tu préférais en revanche, c’était la manipulation d'armes ninjas et d'outils, comme les shurikens et les kunaïs.  Au début, tu étais une élève plutôt du genre discrète et facilement impressionnée. Il y avait tellement de monde dans les classes. Tellement de gens différents qui arrivaient à vivre ensemble. Même si certains et certaines se détestaient. Tu étais du genre ponctuel, pourtant, quelques fois, la porte t'était connue. Tu en profitais donc pour manger ton petit-déjeuner… Seulement, tu te faisais prendre assez souvent !

Tu râlais d'ailleurs et tu te disputais avec ton professeur. Seulement, ils ne pouvaient rien te dire, car tu n'étais pas la pire des élèves ! Ah ça non ! Tu étais dans les plus doués de ta classe. Eh oui, parfaitement Monsieur l'inconnu ! Ça te laisse perplexe hein ? Eh, Eh. Si tu en étais fière ? Mais bien évidemment ! Pourquoi ne pourrais-tu pas l'être ? Pour une fois que tu pouvais profiter de petits moments de gloire rien qu'à toi ! Tu n'allais pas te priver ! Ah ça non ! Pour rien au monde, tu ne faisais pas ce plaisir à tes professeurs !

Tu n’aimais pas avoir tort, tu voulais toujours avoir raison, même si tu avais tort, tu recherchais toujours la petite bête; pour embêter tes voisins de classe. Tu étais assise dans les rangs du milieu. Tes matières favorites ? La pratique des arts ninjas en général, plus l’Histoire ! Le reste… Que c’était galère à apprendre ! Tu soufflais beaucoup en cours. Et il était dur de te faire travailler les leçons du jour. Même pour les contrôles et les épreuves de pratiques que vous pouviez recevoir ! Tu reçus d’ailleurs haut la main ton diplôme genin qui ne fut pas compliqué à obtenir. Puisque tu avais réussis à faire quatre clones. Ta vie de ninja débuta dès ta sortie de l'académie ou tu fus envoyée dans une équipe de trois, un sensei et deux autres équipiers. L'équipe avait des caractères totalement opposés.

Aucun ne faisait confiance à l'autre à causes de leurs caractères et des idées que leurs donnaient les membres des clans dont ils faisaient partis.  Votre sensei trouva cependant une stratégie qui avait permis de faire naître la confiance entre vous. Des entraînements physiques avec des indications sans Sensei, et des missions de rang D./C. Il avait donné un entraînement spécialisé pour chacun de ses élèves afin de combler les défauts qu'il vous avait fait découvrir et analyser lors de cours de méditation.

Il était ensuite revenu au bout de deux semaines pour voir votre progrès et effectivement sans Sensei, il avait fallu que vous vous rapprochiez pour accomplir vos missions avec succès. Chacun devait y mettre du siens et oublier ses différents. En effet, cela arriva grâce à une mission d'escorte ou ils durent sauver la vie d'exportateurs de riz, qu'ils resserrèrent leurs liens et leur travail d'équipe. Et vous étiez maintenant les meilleurs amis du monde, vous avez appris à vous faire confiance au fil du temps, des missions, des entraînements. Tient si tu nous parlais un peu de tes entraînements justement. Tu ne t'attendais pas vraiment à cela.

Ce fut une véritable galère ! Oui ! Une véritable épreuve, mais que tu prenais comme des épreuves afin d'avoir une motivation à tout épreuve, puis derrière tu avais aussi tes propres objectifs ! Devenir plus forte pour te faire respecter, mais aussi de  protéger ton village. Tu repoussais chaque obstacle qui venait te barrer la route. Des exercices physiques et des épreuves morales, épreuves de survies. Tout ce qu'il fallait pour devenir une bonne kunoichi. Tu te renfermas petit à petit sur toi-même au lieu de t’ouvrir à eux. Prenant l’apparence froide qu’on te connait maintenant. Pour une Hyûga s’était un peu ironique maintenant. Comme ton clan changeait… et s’ouvrait de plus en plus en devenant une famille moderne…

Complètement autonomes, et débrouillards, vous avez commencés à mener des missions plus dangereuses dans les rangs B, et A mais pas encore de S. Tu appris à manier le Genjutsu par une vieille connaissance de ton sensei, un moine du pays du feu. En effet, tu fus envoyée chez lui histoire de te perfectionner.  Tu partis subir un entraînement différent de tout ce que tu avais connu jusqu'à maintenant. Tu avais presque perdu la notion du jour et de la nuit. Il avait duré quelque mois. Alors que tout le monde te croyait morte et disparut en mission, tu étais revenue plus forte que jamais.

Prête à affronter tous les dangers avec une confiance en toi aveugle, mais tes yeux avaient été ouverts. Lorsque l'on plonge dans les ténèbres il était difficile d'en ressortir. Ton entraînement dans cet univers fabuleux, te fis prendre conscience que la paix était importante mais qu'il fallait toujours se battre pour obtenir ce que l'on désirait. Mais aussi que trop convoiter la puissance pouvait mener à sa propre destruction. Ton sensei, te l'avais appris en te faisant resté dans le noir pendant une semaine, afin d'améliorer tes sens et tes capacités d'adaptation. Afin de développer au mieux ton utilisation du Byakugan.

Sortie victorieuse de cette étape, tu pouvais désormais apprendre à travailler sur ta deuxième spécialité : L'affinité Fuuton. Malgré la fatigue qui t'envahissait petit à petit, malgré les nombreux bleus et blessures. En effet, tu avais également commencé à suivre une formation en médecine afin de facilement combler tes faiblesses grâce à ton iroujutsu et à ta paume mystique. Vivre éloignée pendant quelque temps de tes camarades, te permis aussi de comprendre, qu'un homme était capable de vivre simplement, en se contentant de peu de choses du moment qu'il avait un bon lit et de la bonne nourriture.

Cela t'avait permis de gagner en maturité, tout en restant toi-même, loin de ces conflits, de ces tensions, de tout ton clan. Loin des regards méprisent. Entraîné dans l'ombre de ton équipe, de ton village. Ces quelques mois de ta vie t’avaient complètement chamboulée niveau physique, mais pas niveau caractère. Par contre, tu étais restée presque sans nouvelles du monde extérieur. Un véritable petit cerveau, froide et distante. Au fur et à mesure tu te perfectionnais dans tes entraînements, dans le développement de tes techniques.

Maintenant, ce que tu voulais c'était offrir de la lumière à ce monde, garder la paix si fragile installé depuis qu'étais installés les villages ninjas afin que les générations futures ne perdent personne. Et ne subissent pas les horreurs des guerres. En tant que ninja de Konoha fraîchement revenue du royaume des morts dans lequel certains t'avaient enchaînée. Tu leurs montrerais avec toute la puissance de ton âme et de tes convictions. Tu feras également changer ton clan !

Et pour cela, rien de mieux que le grand championnat du monde shinobi. En effet, les plus grands guerriers du monde se rassemblaient, dans l'espoir d'apporter fortune et célébrité sur son nom et celui de sa famille. C’est ce grand tournoi qui avait permis de tester tes capacités. De tester tes réelles aptitudes. Tu étais parvenue très loin, et tu avais combattu bon nombres d’excellents shinobis surtout venant de Kumo. Kiri. Puis Suna. Tu avais réussi à atteindre la demi-finale. Arrêtée à la dernière minute par un justsu puissant et une stratégie que tu n’avais pas réussie à contrer… Et c’est lorsque la finale arriva… que le drame se produisit. Comme si la faucheuse avait déjà prévu son coup.

La créature légendaire domptée uniquement par le septième Hokage… fut déversée sur le village de Kumo ... Pourquoi ? Personne n’en connue jamais la raison… on se mit à accuser les Uchiha de Konoha une nouvelle fois à cause de l’apparition du Sharingan dans les yeux du démon à neuf queues : Kyuubi. Ce fut un traumatisme que tu gardas en mémoire un long moment. Tu aidas les autres quand l’alliance temporaire fut formée pour le repousser

Votre village fut accusé à tort et à travers par le nouveau chef de Kumo et par les autres grands villages. Ce qui n’arrangeas en rien les relations diplomatiques bien entendu. Tu trouvais cela stupide. Même s’il fallait un coupable, même si le Sharingan aperçu était bien réel… tu trouvais ça vraiment injuste. Tu fus nommée Jûnin. Etre nommée Jûnin dans de telles conditions… tu ne trouvais pas que le méritais mais bon. C’était un choix de l’Hokage que tu ne réussis pas à accepter. Alors tu partis de Konoha. Enfin… était-ce seulement la vraie raison de ton départ ? N y’-avait-il pas autre chose derrière ? Si…. Bien évidemment. C’était une raison grotesque que personne ne pouvait accepter. Surtout venant d’une Hyûga fidèle à son clan. A son village. Il y avait autre chose. Une raison bien cachée au fond de ton cœur et que tu gardais encore en lieu sûr dans ton jardin secret.

Et pendant ce temps-là, la chasse aux bijuu et au pouvoir recommençait… l’homme était si stupide ! Pourquoi n’apprenait-il pas des erreurs passées ? Le cercle vicieux de guerre serait-il donc amenés à se reproduire ?  T ne pouvais pas accepter cela… mais tu ne pouvais rien faire. Tu n’étais qu’un Shinobi. Un simple shinobi sans aucune importance ? mais qui voulait aider… ou cette conviction te mènerais-t-elle ? Aucune idée… pour l’heure tu te contentes de suivre la voix que tu avais choisi dans l’ombre.  Celle de membre de Membre de Muraseimon.


Test RP



Sous la voûte céleste, tu marchais silencieusement dans le milieu d’une allée d’un centre-ville. Le silence accompagnait les craquements de tes chaussures au sol. Cachée sous ton manteau cape noir, tu te confondais dans les ténèbres de la nuit. Tu ne savais pas qu’elle heure il était. Cependant, tu pouvais suggérer une heure assez tardive. En effet, les luminaires étaient encore là pour venir agrémenter l’ambiance qui régnait en ces lieux. Une immense joie de vivre avec la musique qui battait son plein. Pourtant elle était calme elle aussi car provenant d’un magnifique instrument à corde. Tu aimais écouter les gens parler entre eux de tout et de rien. Tu aimais quand le brouhaha s’incrustait dans tes oreilles et venait te rappeler les souvenirs d’une mission de rang D réalisée ici. C’était le bon vieux temps… lorsque tu habitais encore le village de la feuille… Konoha. Soit, il y a un peu plus de 20 ans… tu te souviens que c’était durant l’absence de votre sensei.

Cette première mission devait servir à consolider les liens de l’équipe. Ce qui ne partait pas du tout gagnant. Non à cause de vos compétences qui étaient super… mais de vos différents caractères.   Vous n’arriviez pas à vous entendre sur beaucoup de choses. Rares furent les fois où vous fumes sur la même longueur d’onde. La mission de rang D, lorsque tu étais Genin, était simplement de ramener un chat à son propriétaire. Cependant, le résultat ne fut pas celui espéré de suite. Une vraie galère pour un simple chat. Tu soupires rien qu’en retrouvant ce souvenir. Tu n’avais jamais été autant en colère que cette fois-là.

L’un de vous trois s’en foutait complètement de l’avenir de ce pauvre chat. Tu ne supportais pas ça. Tu ne pouvais simplement pas voir ce coéquipier là en couleur. Tu n’aimais pas du tout sa mentalité, et son comportement. Tu n’aimais pas être en sa compagnie. Il ne t’inspirait pas confiance du tout. Tout du moins au début. En effet, il n’arrêtait pas d’imposer son plan sans vous laisser le temps de répondre oui ou non. Sans vous demander votre avis sur la question. Pour lui, c’était le chef du groupe point. Il n’y avait pas à discuter, juste suivre à ses ordres… et bien entendu… au bout de quelque minutes … ce qui devait arriver… arriva.

Tu te souviens que le chat le griffait de toute ses forces.  Ses cris à lui devenaient de plus en plus grinçants. Aucun de vous deux n’arrivaient à le calmer seulement heureusement que tu étais avec ton autre coéquipier. Lui réussit à trouver une petite solution mais qui marcha à merveille. Tu lui avais pris les mains décidant de lui soigner quand même grâce au soin minimum. Ton deuxième camarade exposa son plan qui fut de le coincer dans une ruelle du village.

L’un de vous devait tout d’abord venir se placer sur le haut d’un mur, l’autre en face, et toi tu te plaças sur le côté. Le plan réussit de justesse, le chat allait en effet encore jouer avec vos nerfs et se mettre à courir partout dans le village. Il ne voulait vraiment pas retourner voir sa « maman » comme elle s’appelait… la propriétaire du malheureux chat… Il fallait le coincer avant qu’il ne fuit du village vers la campagne ! Tu étais chargée de l’attirer dans le piège. L’autre jouait le rôle d’éclaireur, et le deuxième jouait le rôle du bloqueur.  Un véritable travail d’équipe commença à se nouer petit à petit à force de dialogue et surtout de disputes… la mission finie tout de même par réussir à la fin de journée. Vous reçûtes  les félicitations de votre sensei, qui était venu à votre rencontre directement pour cette première véritable mission en équipe.

Ha la… la. C’était loin ce temps-là… cela allait faire combien de temps que tu avais quitté Konoha ? Dix ans ? Depuis l’incident avec le tournoi et Kyuubi ? Ton cœur se serrait à cette pensée. La nostalgie d’un temps passé n’était jamais bon pour réussir un objectif présent. En l’occurrence, tu peinais à trouver un restaurant sympa dans le coin, pourtant, tu connaissais bien les lieux, mais rien ne te disais. Tu venais de finir une mission en assistant un camarade de l’organisation.  Rien ne te donnait envie de t’arrêter.  
Rien n’attisait ta curiosité non plus. Non vraiment, cela en devenait presque blasant. Tu fis un soupire.

Tu avais faim... trop faim pour pouvoir passer à côter et attendre de rentrer au quartier général. Ton ventre criait famine depuis quelque temps déjà… alors pouvoir t’arrêter quelque part serait tellement génial.  Tu étais très déçue de rien trouver. C’était catastrophique ! Tu déposais une main sur ton ventre comme pour chercher une confirmation. Et puis tu avais mal aux pieds en plus ! Tu n’en pouvais plus !  Tu étais si exténué… il fallait vraiment que tu trouves un endroit où vous pourriez vous reposer et surtout manger.

Un endroit tranquille de préférence. Ou avec une bonne ambiance. Dans ces cas-là tu accepterais aisément de te fondre dans la foule. Bien que tu abordais cette carapace froide... tu étais sensible au monde qui t’entourait.  Tu mis les mains dans les poches. La fraîcheur du soir venait de tomber. Et tu observais du coin de l’œil les différentes pancartes de restaurants/auberges dans ce petit village. Si avec cela tu ne trouvais pas un restaurant digne de ce nom tout comme une auberge… bah, il était fort possible que tu dormes à la belle étoile ? ça ne te dérangeait pas du tout !  Il suffisait juste de trouver un bon endroit où s’abriter.  Par contre, tu n’étais pas certaine que ton ami de Mura apprécierait… peut-être qu’avec une grande négociation ? Tu finirais par le convaincre dans les derniers recours ? qui sait ? … ce n’était qu’une hypothèse. Un scénario proposé et possible dans cette circonstance.

Au bout d’un bon quart d’heure plus tard, tu finis par réussir à trouver ! Au petit bonheur la chance ! Un restaurant de Ramen ! Tu aimais tellement ce plat ! tu bénissais son inventeur ! Franchement, c’était vraiment d’excellentes nouilles ! Voilà qui ferait revivre un peu ta soirée ! Tu aimais aussi ces moments comme ça, juste pour toi.  Tu observais la population locale sans le moindre mot en te contentant de t’asseoir. Tu levas la main discrètement, en faisant en sorte de ne te faire remarquer que par le chef. Tu lui rendis son sourire, et passas ta commande. Un bol de ramen pour commencer, et puis du Saké.
Une chose simple, un repas simple. Rien de mieux pour réchauffer ton cœur. Tu n’avais pas besoin de grand-chose pour être heureuse. Tu eu de petits frissons, alors tu glissas ta tête dans tes épaules et détournas le regard vers ton coéquipier qui venait à peine de te rejoindre. Tu ouvres tes lèvres lentement pour venir lui adresser la parole sur un ton chaleureux et accueillant. Un sourire aux coins.

« Tu as finis la mission ? »
« Oui… »
« Et donc ? ça s’est bien passé ? »
« Comme d’habitude, j’ai eu du mal à m’en emparer… mais voici un des artefacts convoités ! Sympa non ? »


Tu fais un sourire chaleureux et l'invite à s'asseoir à côté de toi. Vous aviez rendez-vous ici une fois votre mission dans ce village terminée. Et une chose de précieuse de récupérer une. Il fallait bien ça pour atteindre votre objectif ! Cet objectif qui était important pour toi, vous deviez absolument l’atteindre et pour ça, la première étape était de récupérer des objets précieux. Comme celui que tu tenais entre tes mains que vous deviez ramener au QG. Cette mission, c'était apparemment bien déroulée. Il avait eu un peu de mal avec les gardiens de l'objet et un combat eut lieu. Bien que pour lui c'était la routine…

Derrière l'écran

Prénom/Surnom : Alix
Âge : 19 ans
Comment avez-vous découvert KnS : Partenariats
Qu'en pensez-vous : pas mal du tout °°
Suggestions : Ici

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://codagemireillefotest.forumactif.org
Mireille Van Roy
Admin
avatar

Messages : 290
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: Re: 2ème perso Naruto 2017.    Dim 18 Juin - 23:56


Uchiha AonaFeat Avatar

gif
Infos générales
avatar

Nom : Uchiha
Prénom(s) : Aona
Surnom : Ao-chann, Ona
Âge : 27 ans
Sexe :

Village : KonohaGakure
Rang : Jûnin Supérieur - Membre de Muraseimon
Clan : Uchiha
Affinités :Katon - Fuuton
Spécialités : Kekkei Genkei - Genjutsu

Caractère

Ici

Histoire




Hum voyons voir, par où commencer cette aventure ? par le début… hein. Cela parait évident maintenant. Pour commencer, une histoire, il faut des personnages. Des personnages venants de divers horizons. Une famille dont en voici les membres principaux : Aika Uchiha, Aona Uchiha, Fuyuuji Uchiha, et Hiroki Uchiha. Pour une jeunesse, il faut un commencement. Quelqu’un qui donne la vie à une autre. Pour ce premier acte, nous avons Aika Uchiha & Fuyuuji Uchiha. Ce qui était censé être un jour normal devint un jour de pur bonheur et de souffrances aussi.  Un jour comme les autres ou Aika aurait fait à manger, préparer les affaires de son mari, fait le ménage dehors. Doucement, en tenant son ventre. Huit mois déjà. Il était temps que sa désirée arrive.

Elle commençait à en avoir marre d’être cloîtrée chez elle ! Surtout que ses camarades pouvaient avoir besoin de son soutient. Mais bon, elle s’y contraignait car elle était heureuse. Heureuse de vivre ainsi dans son village. Et de vivre sa vie avec l’homme qu’elle a sauvé et aimé de tout son cœur.  Oui sauvé. Elle se souvenait encore de sa première rencontre avec lui. Le coup du hasard faisait parfois bien les choses. Une drôle de rencontre dans un restaurent de Ramen nommé Ichiraku. Là où le septième Hokage allait souvent manger. Son père descendait de la famille du grand Sasuke Uchiha, et sa mère était un Shinobi lambda du village. Une ancienne membre de l’équipe Service des Renseignements pour être exacte. Ce fut une relation difficile, le jeune homme ayant la trentaine et elle deux ans de moins. Mariés dix ans plus tard.

Aika fut conduite à l’hôpital une semaine avant la date fatidique de ta naissance. L’hôpital de konoha était presque plein ce jour-là, d’après Fuyuuji. Il faisait beau, et les oiseaux chantaient. Le ciel était bleu, les fleurs de cerisier tombaient. La vie au village battait son plein. Il était à peu près le milieu de la matinée lorsque tu arrivas enfin. Lorsqu’on entendit tes cris en même temps que les carillons. C’est ainsi que Aika et Hiroki décidèrent de te nommer Aona. Pour toutes ces magnifiques couleurs.  Et surtout parce qu’on trouve la racine « Aoi ». Tes parents enlevèrent le « i » et y accrochèrent le « na ». Aoi pour la couleur bleue du ciel qui bénissait cet instant. C’est aussi un hommage à une ancêtre puissante de Hyuga Mara : Aona Hyuga. Un peu comme Sasuke Sarutobi qui donna sont nom à Sasuke Uchiha par le passé. Un clin d’œil dont les parents étaient fiers.

Ta famille était implantée depuis longtemps à Konoha, même si au début ce ne fut pas de tout repos. Toujours devoir prouver sa valeur et qu’on pouvait leur faire confiance… c’était vraiment fatiguant. Pourtant, tes parents comme tes ancêtres ne regrettèrent jamais ce choix. Ils n’étaient plus qu’une petite branche du clan Uchiha. Une vie discrète pour ceux qui représentaient l’une des dernières lignées d’un clan quasiment disparu à cause d’un massacre passé. Et d’un foutu coup d’état. C’est pour cela, que tes parents décidèrent de déménager du centre-ville, à ta naissance et de réaménager à la place de l’ancien quartier Uchiha, à l’arrière du village. Pour avoir la paix. Et n’être soupçonnés de rien du tout. Elle vivait dans une petite maison modeste à un étage.

Deuxième enfant du couple, durant les premières années de ta vie, tu étais chouchoutée de toute part et tu recevais toujours tous ce que tu désirais. Tu n’avais jamais manqué de rien. Et pourtant, grâce au salaire de tes parents, tu vécus dans un monde rempli de nouvelles technologies. Ton père en était fan, tout autant que ta mère était fane d’histoire et de légendes. Cela ne t’empêcha pas de vivre normalement. Ton éducation tourna autour de la paix, et de la tradition. L’apprentissage du savoir, de l’écriture et de la lecture firent partit des nombreux savoir que tu acquis grâce à eux. C’est ainsi que de par ta mère, tu reçus la politesse, la bonne entente, l’arrivée à l’heure, le rangement, l’équilibre des choses. Tu appris à devenir quelqu’un d’attentive et d’observatrice. Tu jouais souvent au Shogi avec ta famille d’ailleurs. C’est par ce jeu qu’ils te transmettaient la volonté du feu.

Ces Uchiha là y tenaient fermement. C’est ton père qui te transmit cela par l’apprentissage des techniques du clan, il t’apprit à respecter les idéaux, l’honneur, la fierté, il t’apprit à respecter tes adversaires en combat par divers exercices et mises en situations. Ils ne voulaient pas reproduire les erreurs passées de ton clan. De votre clan. Après tout, les Uchiha étaient les représentations de l’amour et de la haine à l’état pur. C’est ce que ton père répétait. Si un Uchiha perd un être aimé, il doit apprendre à se contrôler pour éviter de sombrer dans sa part obscure et son désir de vengeance. C’était un peu comme une sorte de message d’alerte ou il fallait éviter la panique. Une sorte de malédiction pour l’un des meilleurs clans qui rivalisaient avec les vaillants Senju.

C’était une prévoyance un peu tôt pour toi qui n’était encore qu’une enfant à ce moment-là, mais ton père voulait absolument éviter que sa fille ne tombe dans les ténèbres éternelles. Il ne voulait pas d’une Madara Biss, et d’une deuxième Sasuke. Deux grands noms du clan, et pourtant il cita également Uchiha Itachi. Un être presque totalement opposé et qui avait vécu dans l’ombre pratiquement toute sa vie sans jamais en vouloir au village. Il avait quelque chose que les autres n’avaient pas : il aimait son village et son frère plus que n’importe qu’elle autre chose. Il préférait que tu deviennes comme lui à choisir. Tu admirais tous ces grands noms. Ils étaient tes modèles, comme le Hokage Naruto Uzumaki qui avait permis à Konoha de s’épanouir dans la paix tout comme aux autres nations d’ailleurs. Comme le Shodai, Hashirama, le Nidaime, Tobirama, Sandaime Hiruzen; Yondaime Minato, Godaime Tsunade, le Jūbantai Sarutobi Kako, le Jūichidaime Akiru Gama, et enfin la douzième Jūnidaime Hyuga Mara. Chaque soir, en allant au lit, tes parents montaient avec toi et te racontaient une histoire afin que tu puisses t’endormir des étoiles pleins les yeux et des rêves plein la tête.

Un héritage qui te passionnait non seulement toi, mais ton frère aussi. Dans un sens, il te faisait aussi comprendre petit à petit, pourquoi tu fus éduquée avec la volonté du Feu.  Hiroki Uchiha. Vous partagiez tous ensemble. Vous étiez très proches. Votre temps ensemble, vous le passiez non seulement à vous amuser dans le domaine du clan, faisant parfois les quatre cents coups mais aussi à vous disputer, à vous taquinez ! A vous entraînez aux techniques du clan, à dessiner, à photographier, à faire de la musique. Combien de fois vous vous faisiez réprimander, car vous pensiez bien faire ? Combien de fleurs aviez-vous cueillit et fait séchez ? Combien de nuages avez-vous regardés ? Combien d'étoiles aviez-vous comptés ? Combien de plumes et de bibelot avais-tu récupéré dans ta chambre grâce à lui ? Tu appris à t'occuper du jardin et découvrir le monde qui t'entourais, étant dotée d'une grande curiosité quand tu posais une question, ils répondaient à ce qu'ils pouvaient répondre. Pour le reste tu allais satisfaire ta curiosité à la grande bibliothèque.

La bibliothèque était d’ailleurs ton en droit préférée étant petite ! Lorsque tu ne travaillais pas aux techniques du clan, et que tu avais un peu de temps, tu adorais aller là-bas. Tu adorais aussi aller dans les boulangeries, au restaurant de ramen avec ta famille ! Les années passèrent tellement vite, que tu étais désormais en fasse d'entrer à l'académie de ninja. A peine quelques mois plus tard, vers l’âge de huit ans, tu pouvais enfin découvrir ce dojutsu unique du clan Uchiha : la première tomoe du Sharingan. Tu avais appris tellement de choses, à part les leçons évidentes qu'on apprendrait dans une école, comme les mathématiques, les sciences, la géographie, etc. Tu y apprenais aussi les règles les plus élémentaires des Shinobi, comme être former au chakra et apprendre comment l'utiliser, les signes de mains et les niveaux de base du taijutsu, genjutsu, ninjutsu. Les tactiques et stratégies. On t’enseignait aussi les rudiments de l'élaboration de pièges que dans le renforcement physique et spirituel.

Ce que tu préférais en revanche, c’était la manipulation d'armes ninjas et d'outils, comme les shurikens et les kunaïs. Au début, tu étais une élève plutôt du genre discrète et facilement impressionnée. Il y avait tellement de monde dans les classes. Tellement de gens différents qui arrivaient à vivre ensemble. Même si certains et certaines se détestaient. Tu étais du genre ponctuel, pourtant, quelques fois, la porte t'était connue. Tu en profitais donc pour manger ton petit-déjeuner… Seulement, tu te faisais prendre assez souvent ! Tu y suivis également des cours ninjas spéciaux, où tu apprenais des choses sur les autres cultures et l'arrangement de fleurs qui devait normalement aider à se fondre dans l'environnement lors d'une mission d'infiltration.

Tu râlais d'ailleurs et tu te disputais avec ton professeur. Seulement, ils ne pouvaient rien te dire, car tu n'étais pas la pire des élèves ! Ah ça non ! Tu étais dans les plus doués de ta classe. Eh oui, parfaitement Monsieur l'inconnu ! Ça te laisse perplexe hein ? Eh, Eh. Si tu en étais fière ? Mais bien évidemment ! Pourquoi ne pourrais-tu pas l'être ? Pour une fois que tu pouvais profiter de petits moments de gloire rien qu'à toi ! Tu n'allais pas te priver ! Ah ça non ! Pour rien au monde, tu ne faisais pas ce plaisir à tes professeurs !

Tu n’aimais pas avoir tort, tu voulais toujours avoir raison, même si tu avais tort, tu recherchais toujours la petite bête ; pour embêter tes voisins de classe. Tu étais assise dans les rangs du milieu. Tes matières favorites ? La pratique des arts ninjas en général, plus l’Histoire ! Le reste… Que c’était galère à apprendre ! Tu soufflais beaucoup en cours. Et il était dur de te faire travailler les leçons du jour. Même pour les contrôles et les épreuves de pratiques que vous pouviez recevoir ! Tu reçus d’ailleurs haut la main ton diplôme genin qui ne fut pas compliqué à obtenir. Puisque tu avais réussi à faire quatre clones. C'est d'ailleurs juste après ta réussite à l'Académie que tu réussi à maîtriser la boule de feu suprême des Uchiha après avoir découvert ton affinité pour le Feu. Une affinité classique chez les membres Uchiha. La découverte de cette affinité te permis d’apprendre à être polyvalente avant de commencer ta vie de ninja.

Celle-ci débuta d'ailleurs, comme beaucoup, dès ta sortie de l'académie ou tu fus envoyée dans une équipe de trois, un sensei et deux autres équipiers. L'équipe avait des caractères totalement opposés. Aucun ne faisait confiance à l'autre à causes de leurs caractères et des idées que leurs donnaient les membres des clans dont ils faisaient partis.  Votre sensei trouva cependant une stratégie qui avait permis de faire naître la confiance entre vous. Des entraînements physiques avec des indications sans Sensei, et des missions de rang D./C. C'est lors de ta première mission que tu découvris ton sharingan à deux tomoe. Il avait donné un entraînement spécialisé pour chacun de ses élèves afin de combler les défauts qu'il vous avait fait découvrir et analyser lors de cours de méditation.

Il était ensuite revenu au bout de deux semaines pour voir votre progrès et effectivement sans Sensei, il avait fallu que vous vous rapprochiez pour accomplir vos missions avec succès. Chacun devait y mettre du siens et oublier ses différents. Ce fut une véritable galère ! Oui ! Une véritable épreuve, mais que tu prenais comme des épreuves afin d'avoir une motivation à tout épreuve, puis derrière tu avais aussi tes propres objectifs ! Devenir plus forte pour te faire respecter, mais aussi de  protéger ton village. Tu repoussais chaque obstacle qui venait te barrer la route. Des exercices physiques et des épreuves morales, épreuves de survies. Tout ce qu'il fallait pour devenir une bonne kunoichi. T’ouvrant petit à petit à tes compagnons d’armes que tu appréciais beaucoup finalement.

Complètement autonomes, et débrouillards, vous avez commencés à mener des missions plus dangereuses dans les rangs B, et A mais pas encore de S. Tu découvris d’ailleurs ta troisième tomoe en revenant d'une mission d'escorte d'un membre de la famille du Daimyô du Pays du Feu. Apprenant dans le même temps à manier le Genjutsu, et le Kuchiyose. Lors d’un entraînement commun. Tu pouvais mieux anticiper et parer. Tu n’étais plus une gêne pour ton équipe. Arrivant même à copier les techniques des autres par la troisième virgule. on entraînement dans cet univers fabuleux, te fis prendre conscience que la paix était importante mais qu'il fallait toujours se battre pour obtenir ce que l'on désirait. Mais aussi que trop convoiter la puissance pouvait mener à sa propre destruction.

Ton sensei, t'aida à t'améliorer à son utilsation en te faisant resté dans le noir pendant une semaine, mais également afin d'aiguiser tes sens et tes capacités d'adaptation. Cela t'avait permis de gagner en maturité, tout en restant toi-même, loin de ces conflits et de ta famille. Au fur et à mesure tu te perfectionnais dans tes entraînements, dans le développement de tes techniques. Maintenant, ce que tu voulais c'était offrir de la lumière à ce monde, garder la paix si fragile installé depuis qu'étais installés les villages ninjas afin que les générations futures ne perdent personne. Et ne subissent pas les horreurs des guerres. En tant que ninja de Konoha fraîchement revenue du royaume des morts dans lequel certains t'avaient enchaînée. Tu leurs montrerais avec toute la puissance de ton âme et de tes convictions.  

Durant les années qui suivirent cette tragédie, votre village fut accusé à tort et à travers par le nouveau chef de Kumo et par les autres grands villages. Ce qui n’arrangeas en rien les relations diplomatiques bien entendu. Tu trouvais cela stupide. Même s’il fallait un coupable, même si le Sharingan aperçu était bien réel… tu trouvais ça vraiment injuste. Tu fus nommée Jûnin car tu avais réussi à prouver tes compétences, non seulement en stratégie pour guider les premières lignes, mais aussi par le fait que tu avais réussi à aller jusqu’à la demi-finale du tournoi.

○○○○○○

La Liberté était un motif de trahison important pour toi. Toi qui ne trouvais plus ta place au sein de ce village. Konoha devenait simplement quelque chose de trop lourd à porter. Tu ne pouvais plus supporter la pression. Tu ne voulais pas être surveillée heure vingt-quatre. L’Ancienne Hokage Mara Hyuga, tu ne pouvais plus la supporter non plus. Son comportement te hérissait le poil. Tous les autres villages détestaient Konoha à cause du Tournoi à Kumo. Et ta famille fut une nouvelle fois sur les bancs de l’accusée à cause du Sharingan. Ce qui était impossible. Aucun des membres de cette lignée ne pouvait obtenir un tel pouvoir. Tu voulais plus de liberté, tu ne voulais plus être coincée dans ce village.

Ce village de la feuille qui devenait égoïste, et qui perdait toute sa gloire passée. Ou étaient donc passés les enseignements du passé ? Pourquoi ce cycle de haine et de tensions était-il en train de recommencé ? Tu voulais comprendre pourquoi. Le pourquoi du comment on en était arrivé là. Ce village ne t’inspirait plus rien du tout. Pourtant, au début, tu ne voulais pas déserter. Bien au contraire, tu voulais le changer de l’intérieur. Dans l’ombre. En rejoignant l’équipe de renseignement. Tu pensais que là-bas tu aurais une chance de trouver ta place, et le véritable coupable du Tournoi de Kumo. Pourtant, l’enquête traînait.

Et toi, tu t’ennuyais à mourir. Une vie misérable avec un seul point de vue sur le monde. Un seul point de vue acceptable celui de l’hokage. Ce n’était pas ce que tu voulais. Tu voulais voir si le monde possédait encore un peu d’altruisme. Tu voulais voir si quelque part, la haine avait disparue. Tout l’héritage du Nanadaime tombait lentement en poussière et tu ne pouvais pas l’accepter. En baissant les bras comme ça. Tu n’étais pas du genre à te laisser avoir. Ni à sombrer. Tu ne voulais d’ailleurs pas sombrer. A quoi est-ce que tu pouvais bien servir ici ? En tant que Uchiha ? Mis à part redorer le blason et le clan de ta lignée perdue… tu ne savais pas ou étais ta place.

Ce que tu savais en revanche, c’est que tu ne voulais pas que la paix si difficilement obtenue, soit défaite. Du jour au lendemain à cause des tensions et des menaces de guerres du Raikage. Ne rien pouvoir faire à ton échelle fut ce qui déclencha en premier lieu, la décision. La plus difficile de ta vie car tu savais qu’aucun retour en arrière serait possible. La tablette de pierre des Uchiha fut également ta première quête. Tu n’en n’avais entendu parlé que par ton père, mais tu pensais qu’elle existait réellement quelque part à Konoha. Tout d’abord suspicieuse et simplement curieuse, tu ne pensais pas la trouver aussi facilement. En te rendant dans les ruines de l’ancien domaine Uchiha. Là où le massacre eut lieu deux cent années plutôt. C’est cette rencontre qui te bouleversa et qui te convaincu de rejoindre Muraseimon. L’organisation encore secrète à l’image de l’Akatsuki et qui pourtant différait en tout point de vue.

Ce sont peut-être des raisons stupides, mais ce sont tes motivations en tout cas pour l’heure. Tu ne le dis jamais à personne, car tu penses que tes idéaux ont du mal à concorder à priori avec ceux de l’organisation. Tu as prêté ta force à l’organisation. Tes capacités. Là où tu serais le plus utile pour observer le monde. Et le changer si jamais il dérivait à nouveau. Quelque part, les valeurs de l’organisation devenaient les tiennes de plus en plus.

En voyageant à travers le monde shinobi, tu pouvais constater si oui ou non, il existait un autre Uchiha qui avait déserté. Tu voulais aussi en savoir plus sur les objectifs de cette organisation. Alors tu attends, tu es là, à son service et tu attends. Tu mènes tes enquêtes personnelles pour trouver une réponse à tes questions. Prenant la place d’une disparu tout juste récemment en mission pour l’organisation. Le hasard voulu que vous ayez les mêmes prénoms. Et les mêmes origines. Pure coïncidence car vous n’étiez en rien pareil selon le nouveau leader de l’organisation.

« Ainsi va la vie, érigée par un éternel cycle de haine, de vengeance, d’amour, de trahisons, de méfiance, le monde shinobi est un monde étrange et semé d’embuche, dans lesquels peut de ninja réussissent. »


Derrière l'écran

Prénom/Surnom : Alix / SailorCosmos
Âge : 19 ans presque 20
Comment avez-vous découvert KnS : Partenariat et sinon j'y suis déjà 8D.
Qu'en pensez-vous : ... 8D. je l'aime bien 8D.
Suggestions : Ici



Dernière édition par Mireille Van Roy le Sam 1 Juil - 18:56, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://codagemireillefotest.forumactif.org
Mireille Van Roy
Admin
avatar

Messages : 290
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: Re: 2ème perso Naruto 2017.    Dim 30 Juil - 0:55


Sakazuki EtsujiroFeat.
Timothy Hearts de D. Gray Man.

gif
Infos générales
avatar

Nom : Sakazuki
Prénom(s) : Etsujiro
Surnom :Et, Etsu, Jiji, Jiro, Iro, Roro (il le déconseille fortement !).
Âge : 14 ans
Sexe :

Village : Kumogakure
Rang : Chuunin
Clan : Malheureusement Damé !
Affinités : Raiton
Spécialités : Jinchuuriki - Taijutsu ou Chôju Giga.

Caractère

Etsujiro est un garçon assez détendu, et sociable dans sa manière de se comporter. C’est un être doué d’un naturel talent de communication, et qui n’est pas timide. Il a toujours un sujet de conversation à donner à quelqu’un même s’il ne connait pas vraiment la personne. Il a beaucoup souffert à l’académie de la jalousie et du regard des autres. En tant que fils adoptifs du Raikage notamment. Pourtant, il s'en est toujours plus ou moins foutu de ce qu'on pensait de lui. par contre, il ne supportait pas qu'on manque de respect à son père même pour rigoler. Son père c'était son modèle ! Son idol ! D’autant plus que son père l’a entraîné très jeune, donc il était assez doué à l’académie contrairement aux autres. Contrairement à ceux qui n'avaient jamais touchés aux armes ninjas.

Face à ceux qui venaient aussi de rentrer. Il n’est pourtant pas rancunier et accepte facilement les remarques. Par contre, il déteste une chose : c’est qu’on ne le prenne pas pour quelqu’un de normal. A cause de la bête qui dors en lui, qui vit en lui. On le juge bien trop souvent comme Jinchuriki et non comme un être « normal ».  Il en a souvent voulu à ceux qui l’avait choisi, et il aime la liberté plus que tout depuis.

Il souhaite être considérée comme une personne à part entière. Il n’aime pas qu’on le juge uniquement parce qu’il est le réceptacle d’Hachibi ou le fils du Raikage. Il s’énerve facilement lorsqu’on l’embête trop sur le sujet. On dit de lui qu’il est susceptible, mais personne ne peut vraiment comprendre quand on est pas dans la même situation que lui. Il admire son père, il veut se battre pour lui et pour le village.

Il aime son village et il est prêt à tout pour le protéger. Il est motivé à avancer dans sa vie de shinobi et à faire honneur à son père pour espérer aussi reprendre sa suite. Il ne voit plus beaucoup son père. C’est bien dommage, parce qu’il l’aime et le considère comme son père biologique. N’ayant que très peu de souvenirs et connus sa vraie famille.

Il a beaucoup pleuré la mort de sa petite sœur et de ses parents, il lui a fallu du temps pour comprendre et accepter l’idée que sa vie serait différente. Qu’elle allait changer. Il ne retiendra que l’image du corps sans vie de ses parents durant l’attaque de Kyubi il y a dix ans sur le village. Cela l’a profondément marqué, et il n’aime généralement pas aborder le sujet. Encore bien trop douloureux pour lui. Choqué il l’a été oui, mais c’est pour eux qu’il essaye de vivre pleinement sa vie. En essayant de s’épanouir un maximum. D’autant, plus qu’il a eu une chance incroyable que d’autre non pas eu.

Il aurait pu finir en orphelinat. Ou finir sa vie comme un enfant de la rue, mais non. Il se bat tous les jours pour réussir. Pour changer le monde. Pour aider son père, son village, il donne son maximum. Ce n’est pas quelqu’un de nerveux, il est assez sûr de soi et de ses capacités. On peut compter sur lui. Au niveau défaut, il a peut-être un petit égo, et il peut se montrer un peu trop confiant voir arrogant et prétentieux quelque fois.  Il peut être assez autoritaire aussi de temps à autre pour se faire entendre.

Histoire

Mon papa, c’est le meilleur Raikage que nous avons connus ! Je l’admire tellement, j’aimerais tellement être comme lui. Lui ressembler. C’est mon modèle. C’est aussi grâce à lui que je suis probablement encore de ce monde. Ouai. Je suis fier d’être son fils. Même si nous n’avons pas de liens du sang. Au bout du compte, c’est quand même lui qui m’a élevé ces dix dernières années. Après la fameuse attaque de Kyubi sur notre village. J’ai perdu toute à famille d’origine lorsque nous sommes venus assistés au tournoi. Ce jour-là restera à jamais gravé dans ma mémoire.

C’était à la fois quelque chose de grandiose… si c’était le bon à l’époque pour décrire cet événement hors de l’attaque bien sûr… le tournoi en lui-même si j’ose dire ! Et puis il y eu cette tragédie tellement abominable et triste. Je ne sais même pas quoi en penser. Tellement j’ai eu le cœur déchiré par la douleur du moment. Je n’ai réalisé bien qu’après, que je ne pourrais plus revoir ma petite sœur à cause de cette chose. Cette immense créature qui a terrorisé notre village et qui le mit en sang et qui fit une centaine de victime. Je ne sais pas ce que j’aurais fait si je n’avais pas eu Faust à ce moment-là. Mon père. Celui qui me recueillit et qui me sauva quelque part de la misère à laquelle j’étais voué en devenant orphelin.

C’est lui qui fait toute ma vie aujourd’hui. Ce père à qui je dois la vie, ce père qui prit la décision de m’accepter, de m’adopter. Tel que j’étais. Même si je ne faisais pas partit de sa famille. Sa famille à lui. Je ne sais pas ce qu’en auraient pensés mes parents s’ils étaient encore de ce monde. D’autant plus, que je ne me souviens pas de grand-chose d’eux. Des visages, des odeurs… c’était à peu près tout. Je ne sais que très peu de chose sur ma « vie antérieure » si je peux dire ça ainsi. Vous parlez de mes parents m’est très difficile, je dois même dire que généralement, je n’en parle que très peu, je revois encore parfois leurs corps sans vies devant moi. Je crois me souvenir que c’était une belle femme ! Une gentille maman.

Une maman passionné qui travaillait comme guide touristique dans le village ou je suis né. Mon père tenait quant à lui une auberge qui donnait accès à l’une rares sources chaudes présentes dans la région ! Le tourisme, et les quelques sources chaudes restèrent les principales attractions du village. Il respirait encore. La simplicité des technologies s’étant développées autour du tourisme et des sources. Elle améliora considérablement la vie précaire des habitants. Village de paix et de prospérité encore aujourd’hui, il sut conserver sa place dans les grands complexes touristiques de Kumo.

C’est tous ce que je me souviens précisément. Le reste, c’est encore trop flou. Depuis quelque année, je me suis habitué à cette nouvelle chaleur. A cette nouvelle ambiance. L’intégration se fit assez vite pour moi qui suis d’un naturel altruisme et d’une naturelle curiosité envers les autres.  Je n’ai pas tous compris. Je n’arrivais pas à comprendre comment était ce monde dans lequel je vivais à l’époque. Un monde étrange rempli de guerre, de haine, et de malheur. De combat. Se battre pour un monde plus juste. Je pense que je comprends en partis père dans sa manière de gérer le village.

Même si cela peut paraître stricte et sévère, il le fait pour nous protéger et qu’une tragédie pareille ne puisse plus se reproduire. Pourtant, aux jours d’aujourd’hui je ne suis pas si différent de ceux qu’on nomme Jinchuuriki. Puis que j’en suis devenus moi-même un. J’ai encore du mal à percevoir pourquoi j’ai été choisi et ce qu’on attends de moi. Mon père m’a entraîné depuis tout petit. J’ai passé mes journées entières à jouer en apprenant ce que le monde shinobi me réservait. Je ne pensais pas qu’on me choisirait moi pour le poste d’arme ultime du village. Le destin était cruel. J’étais un élu. Oui, mais pas n’importe lequel.

Un élu imposé. Choisit pour mes bonnes capacités et pour ma résistance physique après les divers tests effectués au préalable avec d’autre enfant. D’entres tous, j’étais celui qui avais mieux résisté après la fillette aux cheveux blancs et aux yeux bandés. Pourtant, je n’ai jamais autant haï les autres qu’à ce moment-là. Ce moment, ou tout avait basculé pour moi. Le jour où on fit le rituel pour sceller la bête en moi. Quelque part, j’ai trouvé qu’elle et moi n’étions pas si différents. Nous étions utilisés. Manipulés. Mit si je puis dire, dans le droit chemin pour que l’avenir de Kumo continu à être glorieux.

L’avenir… est-ce qu’ils se souciaient de ce que nous pouvions ressentir ? La bête et moi ? Lorsque les supérieurs décidèrent que nous ne ferions plus qu’un ? Je suis sur que tout le monde aurait pu faire l’affaire en plus. Mais non. Il fallut que cela tombe sur moi. Le fils du Treizième Raikage. Peu de temps après l’attaque de Kyubi. Lorsque j’ai atteint mon cinquième anniversaire, l’année plus tard je crois.

J’ai cru que mes os allaient se fissurer tellement ils craquèrent de part et d’autre de mon corps. La douleur immense me fit hurler à pleins poumons. Je voulais leur dire d’arrêter. De me laisser tranquille. Sans le moindre regard compatissant à mon égard j’ai continué à supporter. Pourtant, je ne voulais qu’une chose : être reconnu pour qui j’étais, et non pour ce que je suis devenu. Un hôte.

J’en est toujours voulu à mon père d’être resté de marbre…. Je crois. Au fond de moi, j’aurais voulu qu’il intervienne plus rapidement. J’aurais voulu… ne pas être emmené. Pourtant, bizarrement, après être passé chuunin récemment, j’ai réalisé que je ne leur en voulais pas. De m’avoir pris. Je n’aimais pas la bête au début, elle me faisait peur et j’avais l’impression d’être incompris. De n’être qu’un objet. J’ai compris récemment que je pouvais continuer à être moi… mais pour combien de temps encore ? tant que je n’arriverais pas à la contrôler… je ne pourrais prétendre être moi !
J’aimerais qu’on me reconnaisse à ma juste valeur. Je ne suis qu’un ado banal. Ni plus ni moins. Le rituel c’est passé dans un endroit qui m’est inconnu. Un lieu éloigné de ma maison et de celle de mon père. Un lieu éloigné de la tour du Raikage. Un lieu assez mystérieux dans une grotte je crois. Enfin, il s’agissait de l’endroit où on avait aperçu le bijuu pour la dernière fois. Il n’y avait pas de fenêtre, il faisait sombre, je ne voyais plus le ciel bleu qui me faisait rêvé. Un ciel bleu que j’adorais regardé enfant, et qui me faisait rêver de liberté.

Il me redonnait la joie de vivre, et j’adorais compter les nuages qui défilaient à l’horizon. Des nuages qui défilaient à l’infini. Ce fut très douloureux, je me suis tordu dans tous les sens je crois avant de m’évanouir. Et de sombrer dans l’inconscience. Je ne me souviens pas de grand-chose. Cela remonte à y’a longtemps maintenant. Bien avant mon intégration à la fameuse Académie de Ninja des Nuages.. Notre académie à Kumo. Je pense que c’est grâce à mon père que je n’ai pas eu trop de difficulté non seulement à me faire intégrer parmi les autres, mais aussi pour mes capacités.

Comme je entrainement déjà avant avec mon père, j’arrivais à trouver pleins de sujets de conversation avec les autres ! Leur donner des conseils, des tactiques, pour s'améliorer. C’était trop bien ! J’ai adoré l’académie, cela m’a permis de découvrir pleins de choses que j’ignorais encore sur le monde shinobi ! J’avais les étoiles dans les yeux comme on dit ! J’adorais la pratique plutôt que la théorie, les lancers de shurikens, les duels, marcher sur l’eau, les cours de géographie, les mathématiques etc…

C’était le bon temps ! C’est là-bas que j’ai eu mon équipe actuelle d’ailleurs. Je dois dire que ça se passe plutôt bien. Mon père est strict avec moi depuis ce temps-là, mais je pense qu’il place de grand espoir en moi… Après tout, je suis son fils tout de même. Il est normal qu’il me voit prendre sa suite… pourtant, moi j’ai envie de profiter et de découvrir toujours plus. Je veux qu’on me considère comme quelqu’un de normal. Comme un shinobi du village. Pas comme une arme de destruction massive qu’on pourrait envoyer partout.

La bête ne doit pas non plus aimer être privée de liberté. Elle n’avait pas choisi d’être comme ça après tout, mais maintenant, je n’avais pas le choix que de l’accepter au fond de moi. Je n’avais pas d’autre choix que de supporter ça encore et encore. Jusqu’à ce que je sois assez puissant pour leur montrez qui je suis, ce que je serais c’est moi qui le déciderais ! Et certainement ceux qui m’ont fait souffrir. Le seul qui puisse avoir quelque chose à redire sur moi, c’est mon père et personne d’autre. Voir ma nouvelle « mère ». J’ai eu un peu plus de mal à la considérer comme telle… ça a mis du temps, mais j’arrive à accepter la femme de mon père comme ma propre mère je crois…

Test RP

Je fixais la tour du Raikage. Cette haute tour nichée au cœur des nuages du village Cette tour ou il s’enfermait tous les jours. De plus en plus. Assis sur un banc un peu à l’écart du reste du monde je l’observais. Enfin, un banc, non… c’était plutôt un rocher. Tout simplement, sauf qu’actuellement, il y avait mon derrière dessus. Le derrière du fil adoptif du Raikage. Moi. Destin cruel, je sentais quelque chose bouillir au fond de moi. Quelque chose qui me faisait peur, et qui était considéré comme une arme ultime. L’arme ultime du village des nuages. Pourquoi moi ? Pourquoi avait-il fallu que je sois le seul résistant ? parmis tous ceux sélectionnés ? Cela me dégoutait.

Et cela dégoutait les autres de moi. J’avais du mal à supporter ma condition. Je voulais juste être reconnu, mais pas de cette manière. Pas en devenant une arme. Mes yeux plongent vers l’horizon. Cette ligne imaginaire lointaine construite par l’homme pour séparer ciel et terre. Je me demandais ce que pouvait bien faire celui que j’admirais tant en ce moment. Mon père. Mon modèle, et probablement celui que je respectais le plus et admirais le plus parmi tous les habitants de Kumogakure.
Pourquoi personne ne veut essayer de comprendre ? que c’est difficile ?

Je ne suis qu’un gamin moi ! Je ne comprends pas tout le temps ce qu’on attends de moi, même si… d’un autre côté, j’ai l’impression que cela arrange tout le monde, sauf moi. Ce n’est pas possible. Je ne sais même pas ce qu’en pense papa. S’il est d’accord avec les autorités ou… s’il préfère fermer les yeux ? par favoritisme ? même si je doutais que ce soit le genre de papa.

Cela ne lui ressemblait pas. En fait, je ne savais pas quoi penser, tout ce que je voulais, c’était être normal. Comme les autres. Je ne voulais pas être ce que je suis, mais quand je vois mon père travailler aussi dur pour kumo… et le pays, je me dis que je dois ça pour celui qui m’a recueilli et élevé… Pour une fois dans ma vie, j’aimerais être que moi. J’aimerais briller que par moi-même. Pourtant, je suis fier d’être son fils ! J’ai le plus génial des pères. Des étoiles dans les yeux naissèrent. Je vis la silhouette de mon père. Je me suis relevé, déterminé.
Derrière l'écran

Prénom/Surnom :TC
Âge : TC
Comment avez-vous découvert KnS : TC
Qu'en pensez-vous : TC
Suggestions :TC



Dernière édition par Mireille Van Roy le Ven 1 Sep - 1:59, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://codagemireillefotest.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 2ème perso Naruto 2017.    

Revenir en haut Aller en bas
 
2ème perso Naruto 2017.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» visualiser¨POI perso
» Votre perso préféré dans Castlevania
» Création POI perso.
» Déplacer un perso vers un objet par un click de souris
» Booster Naruto Next Generation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Test de Mireille :: Gestion de Mes Personnages :: Autre Persos-
Sauter vers: