Forum Test de Mireille

Mon forum test pour codage et graphisme, pas d'inscription possible sans autorisation.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Guerrier Divin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mireille Van Roy
Admin
avatar

Messages : 290
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: Guerrier Divin    Ven 19 Fév - 14:13


Parlons un peu de vous:


▬ Comment avez-vous connu le forum? :
J'y suis déjà avec Almas, et j'ai connu par l'intermédiaire d'un top-site ! ♥

▬ Quelle est ton expérience RP? :
Je rp depuis 2012 et j'ai commencée à 13-14 ans ^^.
J'ai testé un peu de tout sur beaucoup de forums de mangas particulier après je rp aussi depuis pas mal de temps avec des pauses sur du stargate^^.  

▬ Remarques où demandes particulières : Mes persos ont rarement eut une véritable évolution, car j'arrive rarement à voir sur le long terme cependant, c'est différent avec Almas ! j'arrive parfaitement à me projeter ici donc bon je vais essayer de m'y concentrer un peu plus pour celui-là dès qu'il sera de nouveau sur pied, et opérationnel. Je laisse mon rôle de messager de Poséidon pour un guerrier plus dans mes cordes qui me donnera envie. Il s'agit donc d'un changement de personnage ! Je remercie le staff pour leur compréhension et surtout Dame Pandore ♥.




Alexander
Alias, la Harpe Divine de Bragi



• [age]
• [sexe]
• [divinité protégé]
• [armure]
• 22 ans
•  Je suis Masculin
• Freija , Déesse de la terre et de la guerre.
• Guerrier Divin de Skald, la Harpe Divine de Bragi, placé sous l'étoile Eta


Mon passé me rattrape...


Tout à commencé un beau jour d’hiver en Suisse dans le canton de Lausanne près du lac Léman. Le petit Alexander fut le seul descendant de cette famille, sa mère n’arrivait en effet pas à avoir d’enfant, au début, et il fut vite considéré comme un miracle. Son prénom fut donc choisi avec ce thème, mais aussi par les origines nordiques de ses parents.

En effet, le père était un grand néerlandais Amsterdamnois, scientifique et homme détenant une compagnie navale. Sa mère était une française originaire de Suisse ayant vécu en Lausanne, son métier ? Musicienne ! Plus particulièrement, pianiste et harpiste faisant partie d’un groupe. Ainsi, il ne vécut jamais une enfance comme les autres. Vivant sur une péniche à Amsterdam qui voyageait d’un bout à l’autre de la planète, la famille mi-néerlandaise-suisse fut rapidement connue pour son moyen de transport et de vie.

De plus, le jeune rouquin était d’une moindre consistance physique que les autres enfants de son âge, ce qui faisait que ça n’arrangeait pas les choses. N’aimant pas se mélanger aux autres, le jeune enfant va très vite se réfugier dans la musique, à l’abri des regards ainsi que dans la bibliothèque de la péniche. Bientôt, il eut des cours particuliers, avec un précepteur. Cela ne le gênait pas tant que ça, il était déjà assez rêveur, effacé et fataliste.

Bientôt son éducation devint stricte et sévère pour qu'il puisse espérer un jour reprendre l'entreprise familiale. Cependant, lui ne l'entendait pas cette oreille. En effet, le jeune garçon ressentait fortement son univers intérieur, cette source de puissance que l'on nomme le cosmos. En ressentant cette fabuleuse énergie mystique qui semblait se développer en lui au fur et à mesure qu'il grandissait, Alexander finit par reprendre confiance en lui, il finit par reprendre l'envie d'aller dehors, mais en se tenant toujours un peu à l'écart.

Pour répondre à ses propres besoins, pour répondre à sa curiosité sur le monde extérieur, sur la vie en générale. Sachant pertinemment que son statut social n'était pas le même que les autres enfants de son âge. Il se trouva très vite des activités en solitaire, il aimait vivre à Amsterdam, et en Lausanne. Il demandait à chaque fois à ses parents la permission de sortir, et jurait de revenir avant la nuit tombée lors des escales, il vivait au rythme de ses parents, tandis qu'il fut mit à l'école, lorsqu'il fut  un peu plus grand. Il en changea souvent, mais pour plus de sécurité, il allait dans les quartiers ou ses parents travaillaient.

Lorsqu'il n'était pas à l'école, le jeune homme en grandissant passait son temps aux côtés de son père. Scientifique avant d'être un guerrier homme d'affaire, il lui apprit tout ce qu'il savait sur l'environnement, il lui fit étudier le climat, le changement des marées, les fonds marins, les mers, les océans, les organismes animaux et végétaux qui y vivaient. C'était les seuls moments où il pouvait être fière de dire qu'il était avec son père. Il découvrait une autre facette de ce père qui ne l'avait vu grandir. De ce père qui jusqu'à présent l'avait laissé dans l'indifférence totale.

Ses yeux s’illuminèrent en voyant que son père était engagé pour la préservation de l'environnement, il était convaincu que l'humanité pouvait changer bien des choses si elle s'en donnait la peine. Cependant, c'est lorsqu'il dut partir pour une expédition scientifique au pôle Nord que le drame se produisit et le changea à jamais. Lors de l'année mil neuf cent quatre-vingts, à douze ans. Une aventure scientifique de sept mois autour de l'océan Arctique de 25 000 kms qui empruntait les passages du Nord-Est et du Nord-Ouest.

Cette mission réunissait biologistes et océanographes. Elle s'intéressait à la biodiversité planctonique en Arctique ainsi qu'à d'autres problématiques propres à cette région sensible aux changements climatiques. Au fond de lui, Alexander priait pour que son père revienne, il priait tous les jours, criant sur sa mère que sept mois ne seraient pas longs. Pourtant, sa mère eut toujours ce regard vide, comme si elle savait que quelque chose allait se produire.

Comme si elle se doutait, que le bateau échouerait au détroit de McMurdo... Dans la mer du nord, aux limites du cercle polaire. Le bateau aurait touché un iceberg de la région. Cette catastrophe fit le tour du monde dans les médias. Il n'arrivait pas encore bien à réaliser le fait d'avoir perdu son père là-haut, alors qu'il l'avait eu la veille au téléphone. Ils étaient presque au bout du voyage !

Il ignorait pourquoi sa mère continuait à espérer le revoir, pourquoi elle espérait qu'il ne mourrait pas si facilement. C'est après ce drame, qu'il découvrit toute la vérité sur leurs passés. Sur leurs véritables origines et leurs liens avec la mythologie. Bien sûr, à cette époque, il trouvait cela complètement stupide, et inimaginable. Qui voudrait croire que les dieux nordiques se faisaient la guerre plus toujours plus de territoires ? Quitte à renier leurs propres familles ?

Leurs propres peuples ? Ce panthéon avait en outre la particularité d'être constitué de deux familles de dieux, les Ases et les Vanes. Sa mère semblait directement descendre d’une noble famille d'un village situé très à l'Ouest des pays scandinaves. Bien que personne n’a jamais pu prouver son existence. Et son père descendait lui d'Asgard, le royaume des Ases. Ce monde glacial, polaire, Alexander souhaitait le connaître, il souhaitait retourner là-bas.

Il finit même par en conclure que peut-être était-ce pour cela, qu'il n'arrivait pas à se lier d'amitié avec les hommes des pays étrangers. Il ne vivait désormais plus que pour retrouver son père convaincu qu’il avait réussi à survivre, mais également pour retrouver ses origines perdues. Sa mère n’était pas contre cela, bien sûr, elle savait parfaitement que plus rien ne pourrait l’arrêter. Alors, elle lui transmit tout le savoir qu’elle possédait sur le royaume d’Asgard, sur sa terre natale et les autres Panthéons du monde.

Elle lui expliqua ainsi de nombreux mythes, légendes, les différentes faces d'une guerre sainte, les origines du monde vu par différentes civilisations. C’est là qu’il se rendit compte à quel point il était devenu fusionnel avec ses deux parents et qu’il comprenait la raison de cette aura qui flottait autour de lui. Il était un élu au cosmos, seulement, le hic, c’était qu’il ne savait pas s’en servir.

Alors lorsqu’il demanda à sa mère de lui apprendre tandis qu’elle jouait une note de piano. Il y eut un sifflement dans l’air comme si on avait l’impression que la roue tournait réellement autour d’eux. Sans jamais pouvoir s’arrêter. La mère lâcha un soupir et une petite larme déferla aussitôt qu’elle fut effacée. Les yeux humides, elle regarda son fils en lui disait :

« Un jour tu comprendras… »

Et puis… Elle se sentit partir, la maladie l’emportait vers la faucheuse. La mort était à sa porte. Elle n’avait jamais rien dit à Alexander sur sa maladie qui n’était heureusement pas héréditaire. Il n’y avait seulement pas encore de vaccin pour la tuberculose. Alexander ne comprit pas. Il ne comprenait pas ! Pourquoi ne respirait-elle plus ? Pourquoi lui avait-elle dit cela comme s’il ne la revoyait plus non plus ?

Sa poitrine se resserra vivement, une douleur lui écrasa le cœur. Et soudainement, il sentit la chaleur monter dans le voilier emprunté à la compagnie du père qui voguait vers le royaume d’Asgard. C’est lorsqu’il vit les flammes qu’il comprit qu’on les avait trahis. Que quelqu’un ne voulait pas qu’ils arrivent vivants.

Ce fut le néant à partir de là. Les flammes prirent bientôt possession de la péniche qui sombra dans la mer gelée du Niflheim du cercle polaire. Cependant, cette fois-ci, il fut comme laissé à l’abandon. Livré à lui-même. Il y eut bien sûr des secours envoyés aux large des côtes ou la péniche fut retrouvée encrée dans la glace, mais il n’y eut aucun survivant de proclamer. Pour les médias et le reste de la population cette famille était portée disparut du monde « normal ».

Ces deux circonstances restèrent inexpliquées à jamais. Personne ne réussissait à comprendre comment une péniche avait pu se retrouver à errer en dehors des zone habituelles et faites pour leurs navigations. Le mystère qui entourait cette famille voguera à l’infini. C’est Ainsi que se terminera l’enfance d’Alexander pour laisser place à son adolescence. Le jeune ado resta un moment plongé dans le mutisme, avec quelques séquelles au niveau de sa mémoire.

Lorsqu’il franchit la terre d’Asgard, il fut incapable de se rappeler en détail de sa vie. Comme si on lui avait scellé. Il se réveilla seul dans une maison de bois rongée par l’humidité. Enfin seul, s’était-ce qu’il croyait au début. Des chasseurs et des cavaliers du royaume reprirent possession de l’endroit, menaçant de le chasser. Alexander supplia de rester avec eux en disant qu’il prouverait son utilité. Il se souvenait juste de son prénom et de son objectif principal : retrouver son père.

▬ Comment a-t-il eu son armure :

C’est ainsi que commençait sa vie d’adolescence et mon voyage dans ce territoire gelé. Au début, il devait bien avouer qu'il mit du temps à s’habituer au climat polaire et au froid extrême du nord. Mais franchement, lorsqu’on veut survivre,  l'instinct pouvait guider si facilement qu’on en oublierait ce froid. Alex vécut ses deux premières années en Asgard, avec le groupe de chasseurs l’ayant recueilli afin d’apprendre à survivre par lui-même et de ne devoir dépendre de personne. Il tua nombre d’ours, de loup, mais ne pouvait se résoudre à faire de mal à plus petit que soit. La nature, il avait fini par l’accepter comme seconde patrie.

Une seconde vie s’offrait à lui et Alexander en était de plus en plus conscient, un jour il demanda à ce qu’on lui apprenne différents arts martiaux, cependant aucuns des chasseurs ne put l’aider dans ce domaine. Alors on lui conseilla d’aller voir au Palais de polaris, s’il voulait apprendre à se battre et à se défendre tout seul.

Le rouquin fit ses bagages et emmena avec lui le strict minimum. Ce fut alors le début d’un autre long voyage qui le mena finalement à sa destination au bout de six longs mois. Pendant, ces six longs mois, Alexander perfectionnait ses capacités à la pêche, à la chasse, à la visualisation des plantes médicinales et des plantes comestibles.

Il réussit également à faire ressortir la force qui sommeillait en lui, le cosmos, une fois, deux fois, trois fois, quatre fois, cinq fois, six fois, sept fois, huit fois, il lui fallut réessayer pour que son activation devienne automatique. Huit fois avant de perdre connaissance, une heure de plus que les précédentes. Il réalisa très vite qu’il avait une sorte de don pour les techniques d’illusions grâce à la découverte d’une mémoire eidétique.

Il se servit donc de sa faculté de se souvenir d'une grande quantité d'images, de sons, ou d'objets dans leurs moindres détails pour se confectionner ses propres attaques cosmiques de bases en étudiant les mouvements des plantes, des arbres, des animaux, du blizzard ainsi qu'en mélangeant toutes ses connaissances concernant les mythes et les légendes du nord. Puis il cherchait à les reproduisent, jusqu’à leurs acquisitions totales ou partielles. Bien sûr, s’entraîner tout seul dans le froid, ce n’était pas évident, et son corps ne le supportait pas vraiment. Il s’épuisait rapidement ne sachant encore contrôler précisément l’énergie qu’il réussissait à faire élever dans le ciel.

Il laissa ses cheveux pousser sans s’en apercevoir, et c’est ce qui fit que le hasard ou pas d’ailleurs, fit bien les choses. En effet, les six mois d’errances terminés en juin mil neuf cent quatre-vingt-trois, il finit par arriver dans une grande ville du royaume d’Asgard : Jötunheim - à la place du Palais de Polaris-.

C’est là que va commencer sa formation de soldat d’Asgard, en bas de l’échelle après un examen d’entrée, il grimpa très vite les échelons, et réussit à s’élever comme capitaine d’une zone et d’un groupe de jeunes autres soldats. Cependant, il se rendit vite compte que pour retrouver son père, ce n’était pas suffisant, non, au contraire, il se retrouva enfermé dans un quartier à surveiller au lieu de pouvoir faire ses recherches librement.

D’autant plus que monsieur arrivait bientôt à l’âge de quatorze années ! Il lui fallait faire vite s’il ne voulait pas perdre espoir. Ce maigre espoir qui restait caché au fond de son cœur d’autant plus qu’il se souvenait parfaitement désormais de la phrase de sa mère qui l’intriguait jour après jour. Nuit après nuit, il cherchait à comprendre ce qu’elle voulait dire par « un jour, tu comprendras ».

Renfermé dans un cœur de glace, il ne fit même gaffe qu’il s’était pris d’affection pour son groupe de soldats qu’il menait tant bien que mal pour gagner sa vie. Et en particulier, du médecin du groupe, qui l’intéressait et était le seul capable de retenir son attention plus de dix minutes. Entre eux, c’était un peu chaotique, mais le respect de l’autre primait du jugement des actes.

Il savait qu’il était partisan de Loki depuis toujours. Et qu’un jour, cette amitié se briserait tout simplement à cause de leurs idéologies si différentes. Alexander le savait, pourtant, il se contentait de vivre au jour le jour et de finalement arriver à servir le palais de Polaris. Comme il le faisait depuis ses deux dernières années. C'est lorsqu'il atteignit ses dix-huit années, en mille neuf cent quatre-vingt-six, que la dispute survint. Lors d'une nuit de tempête ou le blizzard soufflait, on pouvait entendre dans une pièce à part du QG des soldats d'Asgard. De violents cris, des insultes, des coups, des expositions d'idées, rien n'y faisaient, ils ne tombaient pas du tout d'accord.

Ce fut sur un filet de sang au front que les deux hommes se quittèrent, enfin, qu'Alexander quitta la garde d'Asgard. Tandis que pendant ce temps, le royaume faisait face à une crise sans précédent. Une guerre sainte contre le sanctuaire sacré d'Athéna fut proclamée par la princesse Hilda de Polaris afin de permettre à son peuple une meilleure vie. D'une certaine manière, il n'était pas contre, si cela pouvait leur permettre de ne plus souffrir autant, mais rien que l'idée de l'odeur du sang, et voir le sang en lui-même ne lui plaisait pas tellement.

Mais il avait un grade... "Important"... Mais rien ne vint se mettre sous sa dent. Les saints s'en prirent directement au palais de Polaris et non à l'ancienne cité. Ce fut un soulagement pour le mi-guerrier, mais la perte fut lourde et non sans-conséquences. Même si la princesse fut délivrée de l’anneau des Nibelungen.

Cette guerre sainte marqua la fin de sa liberté, et Alexander fut choisi pour devenir un guerrier divin de rang, or… Adieu recherches de son père, adieu vengeance de sa mère, il ne savait plus quoi faire… Devait-il accepter cette armure ? L’armure, elle semblait l’avoir choisi après la mort de son ancien porteur également et accepté pleinement. Pourtant… Ces vieux rêves vacillaient encore dans son cœur, jusqu’à ce qu’il apprenne qui il allait devoir servir.

▬ Pourquoi défend-il cette divinité :

La jeune Freiya, Déesse de la terre et de la guerre à changer son cœur de glace et la réchauffé au fil des années passées à ses côtés. Elle lui redonna courage alors qu'il était dans l'impasse, je le respecte beaucoup pour son idéologie à laquelle j'adhère. Bien que certains lui disent qu'il se fait manipuler... il se retrouve un peu en Freiya.

C'est pour elle qu'il réussi à accepter ce qui  lui était arrivé, et l'idée qu'il ne retrouverait peut-être jamais mon père. Il garde néanmoins un mince espoir et lorsqu’il a du temps, il n'abandonne pourtant pas complètement cette idée.

▬ Quels sont les événements qui ont marqué sa vie :

1980, 12 ans => Disparition de son père lors d'une exploration et expédition au pole nord. Découverte des origines de la famille et d'Asgard. Début du voyage vers ses origines, à bord d'un bateau de la compagnie navale de son père.

1982, 14 ans => Mort de sa mère et naufrage du bateau. Arrivée dans la mer gelée d'Asgard, début des recherches pour retrouver son père. Retrouvé inconscient par des chasseurs et un cavalier. Reste quelques temps avec eux puis part pour devenir un soldat de Polaris, six mois de voyage jusqu'à l'ancienne grande ville capitale d'Asgard. Découverte d'une mémoire eidétique, et acquisition des bases du cosmos.

1984, 16 ans => Entame sa formation de soldat (deux ans), découverte de la médecine, découverte de l'amitié.

- 1986, 18 ans => acquisition du septième sens, mort de Mime de Benetasch, et dispute avec son meilleur ami. Rejoint l'armée de Freiya pour mettre fin aux souffrances du peuple d'Asgard.


Description du Héros


Si je devais me décrire, je dirais que je suis quelqu’un de lunatique et plutôt basé sur l’empathie, je suis une personne très ouverte même si je ne le montre pas forcément. Cela dépend du moment, des personnes avec qui je suis, de mon humeur, car je ne réagis jamais de la même manière face aux gens. Je n’aime pourtant pas me faire remarquer, sauf quand je n’ai pas le choix. Je suis quelqu’un de plutôt modéré mais il m’arrive parfois d’avoir des piques de colères, d’angoisse, de peur, comme tout le monde. J’adore bavarder de tout comme de rien, rigoler, m’amuser, parce que si on s’arrête à la fatalité et à la miséricorde de notre monde, bah forcément, le moral n’est jamais là.

Je prends la vie comme elle me vient, je vis au jour le jour sans penser à demain. J’aime embêter mon petit monde, mais je ne me laisse pas faire, j’aime répliquer, faire comme si de rien n’était parce que je suis Humain. Je suis aussi de temps à autre très flemmard pour faire les choses que je n’ai pas envie, ou faire quelque chose qui ne me plait pas. C’est moi qui décide ce que je veux faire, quand je peux -sauf s'il s'agit d'un ordre direct de mes supérieurs, et donc de Dame Freiya-. Peut-importe que ce soit un homme, une femme, un ami, un ennemi. Sur ce point-là, je mets tout le monde ou presque  sur un pied d’égalité.

Il m’arrive parfois de juger une personne sur son apparence, mais j’aime apprendre à la connaître lorsqu’elle m’inspire confiance. Sinon je peux me montrer… très comment dire… glacial ? Asocial ? Manquant parfois de délicatesse, dans mes gestes ou mes paroles. Je me fiche complètement de ce que pense les autres de moi et de mon attitude –et même de ma couleur de cheveux-.

Je dis ce que je pense point enfin faut qu’on me demande mon avis quand même disons… sur les sujets sensibles, je ne parle que rarement si on me le demande pas sinon. A contrario, je suis également une personne qui aime cultiver son esprit, qui est curieux, qui pose ses questions, parfois aussi idiotes que réalistes. Je sais aussi me tenir et être studieux quand la situation l’exige et surtout en mission, j’arrive à l’heure le plus souvent possible même si parfois les retards, je connais.

Je suis du genre à suivre à la fois mon cœur et ma raison en combat. J’essaye de m’adapter le plus possible aux différentes situations qui viennent se greffer pour embellir mon quotidien. Les entrées en matières ce n’est pas mon truc. De plus, lorsque je me bat -je ne raconte pas ma vie-, je me bat principalement à distance, étant plus vulnérable au corps à corps bien que sachant me défendre tout de même. Je sais reconnaître quand j'ai atteint la limite de mes capacités. J'avise alors en fonction de ma situation.

Physiquement, il possède une magnifique crinière rousse lisse arrivant à peu près au milieu du dos et Un épi sur la tête, ainsi qu'une petite frange, et deux mèches qui lui encadrent le visage. Alex est un jeune homme musclé à l'allure athlétique et soignée dont la démarche peut parfois nous laisser perplexe sur ses véritables intentions. Son regard grisâtre n'arrange pas grand-chose étant aussi froid qu'une pierre lorsqu'on l'approche de trop prêt avec des idées maléfiques en tête.

Ensuite, au niveau vestimentaire, Xander est un noble Asgardien très classique, il porte un long manteau-cape blanc dans ses terres ou une longue veste blanche en voyage à l’étranger aux bords dorés avec un col noir et un foulard très legé qu'il adapte à chaque saison. Il porte en-dessous plusieurs hauts variants selon les saisons et ses humeurs. Un pantalon de velours noir classique avec de simple sandales qu'il adapte pareil aux saisons et aux climats de ses voyages. Ce qui fait qu'il ne porte jamais la même chose à part pour son manteau-cape qu'il transforme en simple veste en été de couleur beige le plus souvent.



Attaques et Pouvoirs

Titre de l'attaque : (capacité 1,2,3...)Requiem van four seasons ~ Requiem des quatre saisons
Technique : Psychique
Niveau de l'attaque : Faible
Effet : (Description de votre attaque)
Une aurore boréale et un paysage blanc apparaissent autour de l'adversaire, des sapins par ci et là transforment les arbres de l'endroit choisit. Les sapins prennent différentes couleurs au fur et à mesure du temps qui s'écroulent, Alexander fait croire à sa cible que le temps avance ainsi en changeant uniquement sa perception des couleurs.
Effet sur l'adversaire : (description de ce que l'adversaire subira)
Relâchement de petits flocons de neiges multicolors qui changent de couleur vert, jaune, orange, bleu, en fonction de la saison choisie par le rouquin. Les flocons perturbent l'adversaire et le font tourner en bourrique jusqu'à ce qu'il perde patience et concentration.

Titre de l'attaque : Les neuf mondes d'Asgard ~ Negen Werelden van Asgard
Technique : Psychique ou Physique.
Niveau de l'attaque : Moyenne
Effet : (Description de votre attaque)
Cette attaque n'est pas jouée avec de la harpe, mais seulement avec le cosmos d'Alexander qui infusé en celle-ci lui permet de créer des illusions montrant différentes scènes mythologiques que le jeune homme avait apprit par ses parents. Cette technique est donc en neuf partie comme l'indique son nom. Neuf mondes différents sont représentés et prennent vies au fur et à mesure que le cosmos d'Alexander vibre avec la musique et s'intensifie. Il peut choisir d'activer deux modes pour les effets sur l'adversaire, un mode mentale et un mode physique. Le mode mentale à pour but d'uniquement blesser l'adversaire ou de l'effrayer. Quant au mode physique, il a pour but de véritablement le blesser.

Le Valhalla, présenté par une incantation en Néerlandais -la langue natale d'Alexander- : "Sous les jets de pierre,
les sagaces guerriers
sur leur dos firent scintiller
Les écorces de bouleau de la halle de Svafnir."

Ce monde dans lequel la victime marche en premier lieu, est un grand hall de six cent quarante portes et l'une d'entre elle est surmontée de la tour Hlidskjálf. Si la victime parvient jusqu'à la tour en réussissant à surmonter les viking qui apparaissent sur son chemin, il devra vaincre les pierres qui tombent de celle-ci. Ce premier monde à uniquement pour but de fatiguer l'esprit de l'adversaire, et de l'habituer au son de la harpe.

Vanaheim, vastes forêts ou résident d'innombrables créatures mythologiques comme des chevaux à huit pattes, des corbeaux, des sangliers, qu'Alexander à connu en lisant les comptes et légendes nordiques à son arrivée dans l'ancienne capitale. On peut en sortir en tuant deux yeux d'animaux. Ce monde affecte principalement le sens du mouvement et du goût.

Nebelheim, monde régit par les tempêtes de neiges ou l'on marche uniquement sur des particules de glaces en forme de nuages qui s'effritent au fur et à mesure de l'avancement de la victime. Si la victime tombe elle peut risquer d'être mise en hibernation dans un iceberg. Cette image illustre l'imagination de la souffrance de son père lors de sa disparition.  Cette illusion a pour but de déstabiliser   la perception du temps de son adversaire.  

Muspellheim, de gigantesques vallées de feu à perte de vue, des arbres morts, un ciel de cendres, ou l'adversaire se retrouve sur des chemins de bois et des ponts en mauvais états à traverser.

Lightalfheim, dans ce monde, il existe deux côtés. Un lumineux, et un ténébreux séparé par un immense mur de glace. Les deux côtés sont vides et n'ont pas de sols, pour marcher les cibles victimes prisonnières doivent utiliser leurs imaginations. Ce monde donne vie à l'imaginaire de la personne qui est envoyée dans se monde et qui lutte pour en sortir. Ces deux côtés sont soutenus par des fils de la harpe qui s'étendent à l'infini. On pourrait donc le comparer à une sphère d'un regard extérieur.

Jötunheim, Une immense forteresse de glace ou vivent des créature féminine surnaturelle qui hantent les lieux. On les surnomment Banshee, considérée comme une magicienne ou une messagère de l'Autre monde, le monde des morts. Elles attirent leur victime du jour dans une toile de fils de harpe de glace géante. Il est très facile de s'en libérer si on croit fortement en sa cause et d'attaquer celui à l'origine de l'illusion.

Midgard, Il s'agit d'une grande épave de bateau perdu sur avec une statue représentant Freiya au milieu. C'est l'une des dernières étapes à franchir pour sortir de l'illusion si la victime n'as pas réussit à trouver les différentes solutions pour sortir avant. De grandes cordes de cosmos bombardent la victime depuis le pont, tandis que les fantômes d'humains Banshees font naviguer le navire.

Élivágar, des rivières coulent à flots sur la cible, elles montent en crues progressivement, et se gèlent en entrant en fusion avec le cosmos de l'ennemi. Des pluies de flocons tombent alors lorsque l'adversaire brise la glace, et un arbre se forme petit à petit vers les cieux infinis de l'illusion qui emporte avec lui l'âme de l'adversaire. Il peut s'en libérer à condition de se fondre avec la nature et de ne pas plier sous la peur, de ne pas sombrer dans l'inconscience et de montrer tout son bon côté.

Helheim, dernier endroit ou peut atterrir la pauvre victime, ce monde est une personnification du monde des morts pour Asgard. Dans cet endroits, des âmes hantent la pleine créée par les vibrations de cosmos d'Alexander. Il s'agit du monde le plus bas qu'il peut créer et la dernière illusion à franchir pour la victime.

Effet sur l'adversaire : (description de ce que l'adversaire subira)

◘ Effets Mentaux ◘
- perte/brouillage des sens de l'adversaire/cible/victime.
○  Valhalla : Fatigue de l'esprit + des oreilles de l'adversaire.
○ Vanaheim : Affecte le sens du goût + Mouvement de l'adversaire.
○ Muspellheim : Baisse de la vue
○ Lightalfheim : Fait réfléchir intensément le cerveau de l'adversaire pour le rendre fou ou le déconcentrer, et le perdre dans ses créations.
○ Helheim : Emprisonne l'esprit et l'âme de l'adversaire s'il a succombé à l'un des neufs mondes.

◘ Effets Physiques (Monde blessant physiquement l'adversaire) ◘
○ Nebelheim : Se retrouve avec un corps en hypothermie et donc avec une température du corps très basse, qui ne permet plus d'assurer correctement les fonctions vitales de celui-ci.
○ Jötunheim : Emprisonne le corps de son adversaire dans une toile de glace plus ou moins grande, la taille varie selon le cosmos de l'adversaire (plus un cosmos est faible plus la toile est petite et se resserre, plus le cosmos est grand, plus la toile est grande, et donc moins de chance de lui faire du mal physiquement parlant) mais elle lui fera perdre conscience et l'immobilisera.
○ Midgard : Ce monde donne un effet différents des autres sur son adversaire vue qu'il lui brûle la peau lorsque les flocons de neiges entrent en contact avec les cendres des canons dispersées un peu partout sur le corps de l'adversaire.
○ Élivágar : De la fine pluie de flocons sous forme de rayons s'abat sur l'adversaire en entrant en vibration avec son cosmos et le transperce de part en part.


Titre de l'attaque :De harp maaier van lijken ~ La Harpe faucheuse de cadavres
Technique : Cosmique
Niveau de l'attaque : Forte
Effet : (Description de votre attaque)
Grâce à son cosmos de glace qu'il infuse en sa harpe avant le combat, Alexander est capable de créer des ailes de glace dont les plumes qui tombent se scindent en plusieurs cordes autour de l'adversaire et qui bougent grâce à la diffusion de la musique par sa harpe. Lorsque les cordes se scindent, les plumes crées des aigles transparents lumineux aux quatre points cardinaux de la position de sa victime.
Effet sur l'adversaire : (description de ce que l'adversaire subira)
La cible se retrouve prise au piège, une croix de plumes dont les jonctions forment le contour une harpe glacées lumineuses apparaît sous ses pieds, les cordes de la Harpe bougent autour de l'adversaire au rythme de la musique et tranchent le corps de l'adversaire.  


Titre de l'attaque : (capacité 1,2,3...) Requiem van de vreemde ~ Requiem de l'étrange
Technique : élémentaire SEPTIÈME SENS
Niveau de l'attaque : SEPTIÈME SENS
Effet : (Description de votre attaque)
Alexander utilise sa harpe pour créer des fils de glace en infusant son cosmos dans l'instrument de musique. Lorsque qu'Alexander commence à intensifier son cosmos, la musique suit le rythme de celui-ci et s'intensifie elle-aussi. C'est alors à ce moment-là que son attaque ultime devient dangereuse, puisqu'elle se voit doter de cordes mobiles qui s'étendent dans un mouvement régulier avec la musique depuis la harpe afin de ligoter leur victime. Les cordes deviennent de plus en plus tranchantes et recouvertes d'une fine couche de glace les rendant très solides bien que moindres face à une grosse chaleur ou un cosmos de feu. Quelque chose peut aussi couper les cordes très facilement lorsque la fine couche se forme sur toute les cordes, elle doit le faire une par une.
Effet sur l'adversaire : (description de ce que l'adversaire subira)
La musique sert à brouiller les sens ainsi que la concentration de l'adversaire, le déstabiliser, l'immobiliser, le faire sombrer délicatement dans l'inconscience. Une fois pris dans le piège, et ligoter, les cordes lacèrent ensuite le corps de l'adversaire ainsi que son blindage à grande vitesse et lui glace les endroits visés par les cordes. . À la fin du requiem, la dernière note parcourt les fils sous la forme d'une petite boule de glace et achève la cible.

CAPACITÉ PASSIVE
Technique : élémentaire
Effet : La capacité passive de notre rouquin du nord, est une technique de défense qui lui permet de se protéger. Pour se faire, Alexander créer un gigantesque monstre de glace brumeux autour de lui. Il commence ainsi par prendre l'apparence d'un simple vent brumeux qui vient se consolider en fine couche de glace autour de lui. La créature ressemble ensuite à un scalde, poète scandinave. Cette défense extrêmement efficace contre les cosmique et les psychiques, reste néanmoins très facilement écrasable en concentrant une partie de son cosmos élémentaire ou physique en un point vitale qui est le cou du monstre.  







© Never-Utopia


Dernière édition par Mireille Van Roy le Dim 6 Mar - 0:02, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://codagemireillefotest.forumactif.org
 
Guerrier Divin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Prez de Divin
» Saint Seiya Divine Chapter
» Divin Biscuit, ce n'est que pour les enfants >8D
» Un super guerrier de l'espace
» Mordeur - Guerrier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Test de Mireille :: Gestion de Mes Personnages :: Forums Saint Seiya-
Sauter vers: