Forum Test de Mireille

Mon forum test pour codage et graphisme, pas d'inscription possible sans autorisation.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 One Shot : Développement du Personnage DGM : Solaris Weiss / mon Semi-Akuma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mireille Van Roy
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: One Shot : Développement du Personnage DGM : Solaris Weiss / mon Semi-Akuma   Jeu 28 Juil - 23:04

One Shot n°1 : Solaris'formation ~ You, you may say i'm a dreamer
Age : 20 ans
Lieu : Central
Personnages Concernés : Solaris Weiss & Seamus Arthur Weiss

~~~~~~~~

«  Imagine there's no heaven
It's easy if you try
No hell below us
Above us only sky
Imagine all the people living for today

Imagine there's no countries
It isn't hard to do
Nothing to kill or die for
And no religion too
Imagine all the people living life in peace

You, you may say
I'm a dreamer, but I'm not the only one
I hope some day you'll join us
And the world will be as one

Imagine no possessions
I wonder if you can
No need for greed or hunger
A brotherhood of man
Imagine all the people sharing all the world

You, you may say
I'm a dreamer, but I'm not the only one
I hope some day you'll join us
And the world will live as one »

Tu étais là sur une branche d'arbre, il faisait gris et la pluie tombait. Un vent frais soufflait sur ton visage dont les yeux mis clos regardaient vers le bas. Ton bras était de moins en moins lourd, tu en avais presque pris l'habitude désormais. Rien ne pourrait changer et te faire revenir à ta vie d'avant. Tu en étais conscient lorsque tu avais accepté de subir cette fusion cellulaire. Que rien ne serait plus jamais comme avant, pourquoi avais-tu accepté ? Tu levas les yeux au ciel, le regard vide d'expression, tu savourais ce rare moment de quiétude.  

*******


Ici, c'était comme à la maison. Comme dans cet orphelinat ou tu avais grandis mais en plus grand. Tu essayais de te souvenir. Tu étais seul dans cette pièce, sur ce lit blanc. Du haut de tes petites jambes, tu observais. Toi petit être faible qui venait de tout perdre. Toi qui n'avait plus d'endroit ou aller. Seamus Arhur Weiss. Tel était le nom de celui qui t'avais recueilli. Il travaillait comme chercheur pour la branche nord Américaine . Tu observais cet homme qui parlait à cette dénommée Lenny Epstein. Douze années. C'était l'âge que tu avais à ce moment-là. Lorsqu'on te proposa de suivre ta formation de corbeau.

Au début, tu ne savais pas à quoi t'attendre. Ha ça non. Cette formation fut une véritable plaie. Une galère inimaginable. Le premier jour, tu fus accueillis dans un groupe d'enfants dans la même situation que toi. ils avaient à peu près ton âge. Tu étais intimidé, tu avais les mains dans les poches, et tu préférais rester à l'écart. Tu n'aimais pas leurs regards. Le regard du "je suis plus fort que toi". Ce regard, tu le maudissais. Il t'empêchait de bien faire, de suivre.

Il te désorientais. Toi qui manquais de vigilance, de confiance en toi, et de maîtrise de tes sentiments. Tu étais un peu trop expressif et agressif surtout. Bien évidemment, ta personnalité ne collait pas avec celles du reste du groupe. Eux étaient déjà là. Tu ne voulais pas ressembler à ses êtres. Tu voulais être toi-même. Tu ne voulais pas te battre contre tes camarades. Du moins au début, car on ne te laissais pas vraiment le choix. Et finalement, tu du te faire une raison. Et te décoincer.

Ton formateur, enfin, celui du groupe, car tu supposais que vous n'étiez pas les seuls enfants; te fit monter sur le devant de la scène. Il t'y força et te traîna. Pas de pose. Pas de pose pour les débutants. La pose c'est pour les faibles. Qu'il te disait. Tu le regardais avec un regard terriblement noir à l'époque. Tu lâchas sa main en frappant dedans. Tu te mis à crier tellement fort que tout le monde se stoppa dans son élan. Ce moment fut gênant et créa une sorte de malaise. Une sorte de mal être que tu n'osais pas espérer.

D'habitude tu t'en fichais. Mais là, ce ne fut pas le cas. Non. Tu pris le regard des apprentis corbeaux au sérieux. Ce fut la première fois que tu te remis en place tout seul, et que tu t'excusas pour la gêne occasion. Tes crises de rébellion prenaient fin petit à petit. En grandissant, avec l'âge en somme. Tes journées devinrent très vites monotones avec un rythme assez impressionnant.

Tout les moyens étaient bons pour que les autres et toi tiriez un trait sur vos émotions. Surtout en combat. Devant la mort. Elle n'attendait pas et la pitié n'était pas permise. Le formateur vous le faisiez vite comprendre. Dans ce monde, peut-importe votre place. Seul la survie compte. Si vous ne trouvez pas le moyen de survivre par vous-même, vous êtes un homme mort. Il fallait réussir à mettre une barrière. A tout prix. Peut importe que cela prenne du temps ou pas. Chaque minutes était précieuse ! Car après tout, la vie d'un homme est tellement courte.

Tu étais si épuisé, que tu ne voyais pas les années passer. Tu réussissais à activer les sors de défense en premier. Allez savoir pourquoi, selon toi, ils étaient bien plus facile que les sors d'attaques. Les Ailes noires. Le premier sort que tu appris à maîtriser durant ta formation. Tu en fut fière, et il te servis à de nombreuses reprises. Il te permit de gravir les échelons petit à petit, lors des entraînements en groupe comme en solitaire. Là ou ceux abandonnaient, toi tu continuais à étudier. Tu étudiais le monde, encore, et encore. Tu étudiais et apprenais. Tu analysais tes erreurs. L'erreurs n'était pourtant pas une option.

Et là encore, ton point de vue différenciait de ceux restant dans la formation. Était-tu donc trop rêveur ? Trop optimiste ? Ou tout simplement trop pacifique ? Qui sait... l'Espérance fait vivre. Pour quelqu'un comme toi. Pour quelqu'un de pauvre et de sans moyen, sans dons, ni génie en particulier. Tu étais juste un être humain embarquer dans une guerre infinie. C'était triste, mais réaliste. Malheureusement. Tu n'avais d'autre choix que de subir les coups, et d'avancer.

******


Tel était ton destin, toi le corbeau solaire. Ce qui était un peu une contradiction. Un corbeau, c'est noir. Ton prénom signifie "Lumière" en Italien ou en Grec ancien. La question du pourquoi reste encore un mystère. Un jour tu découvriras la vérité, sur ta famille. En attendant, tu ne pouvais que lever cette main vers ce ciel gris et l'éclairer comme tu le faisais actuellement. Ta paresse était terminée et tu rejoignis Central.  Là ou ton aventure avait commencer à prendre un chemin.  


Dernière édition par Mireille Van Roy le Jeu 28 Juil - 23:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://codagemireillefotest.forumactif.org
Mireille Van Roy
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: One Shot n°2 : Solaris'Past ~ Every Breath you Take    Jeu 28 Juil - 23:24

Pio Ospedale della Pietà, Orphelinat, Venise, Italie, Année 18xx
Age : 4 ans
Personnages concernés : Solaris Weiss, Soeur Asteria Orio, Maître Alessio Zulian

~~~~~~~

Il était là, dans la pénombre de la calèche, assis sur la banquette arrière, regardant par la fenêtre sa future demeure. Il regardait la silhouette de ses parents parler longtemps avec les dirigeants de cet endroit. Un orphelinat. Bien sûr, il ne pouvait contester la décision de ses parents. Il savait pertinemment que leur situation les poussaient à vouloir prendre soin de lui. Seulement, il ne pouvait s'empêcher de grogner, de pleurer, cette réaction d'enfant qu'on laisse derrière était toute à fait normale pour son âge. Il était en mesure de comprendre ce qu'on essayait de lui expliquer quand bien même cela rentrait et ressortait directement par ses oreilles.

Sa mère, sa maman qu'il chérissait tant était malade. Elle était atteinte d'une tuberculose, mais n'en avais jamais parlé à personne. Elle s'affaiblissait de jour en jour, crachant toujours plus de sang. Sa dernière représentation à Milan serait le levé de rideau de sa vie. Elle voulait que son fils connaisse malgré tout une enfance "heureuse". Pourtant. Solaris se serait bien passer de cette enfance là. Il arrive aujourd'hui à la reconnaître, mais il bouda longtemps son père de ne pas avoir voulu continuer son éducation au sein du théâtre ou il avait l'habitude d'aller.

Il était déposé ici, à cet orphelinat de Venise. Son père acteur de théâtre, et sa mère chanteuse d'Opéra, devaient choisir un Orphelinat digne de confiance. Ils ne se trompèrent pas. Lorsqu'ils lui firent signe de descendre ce jour-là, il savait, qu'il ne les reverraient jamais, que son père ne supporterait pas la disparition de sa mère et qu'il la suivrait en enfer si il le fallait. Il était éperdument amoureux, et fantastique, c'était l'homme le plus gentil que Solaris avait connu en ces temps-là.

L'orphelinat ou il fut déposé faisait à la fois office d’Hospice, Orphelinat et conservatoire de Musique. C'était là que sa mère avait appris à chanter et à jouer du violon. Elle avait une confiance totale, ou tout du moins, assez pour y confier son fils. L'orphelinat était situé près d'un pont avec un accès direct à l'eau, aux canaux pour les embarcations. C'est d'ailleurs près de ce pont qu'il fit un dernier bisous et un câlins à ses parents. Il reçu un médaillon avec son nom de famille de gravé comme preuve de son existence, comme preuve qu'il fut reconnus et adoré par sa famille.

Seulement, voilà, il n'avait pas d'autre choix. On lui avait imposé, et on lui avait présenté sa future demeure avec réticence une fois les parents partis au loin vers le soleil éclatant de Venise. Un dernier adieux avant le départ de parents qu'il ne pourrait plus jamais revoir ni espérer croiser sur son chemin. Cette sensation le fit devenir un jeune garçon exécrable dès le début. Bien qu'il ne voulait pas se lamenter sur son sort. Le monde était cruel. Il l'avait appris dès son plus jeune âge. Il en était persuadé à partir de ce moment ou la directrice et le directeur du conservatoire le présentèrent aux autres.

"Bien, votre attention tout le monde ! Aujourd'hui nous accueillons un nouvel élève dans notre établissement ! Traitez le bien !"

"Voici Solaris Orfeo Vivaldi"

Rien que son nom de famille créa de suite une multitude de rumeurs, pour la plupart infondées, et humiliantes. Vivaldi. Comme le célèbre compositeur de musique.

"je me présente je suis Soeur Asteria Del Sellio, je me chargerai de ton éducation, quant à Maître Alessio Zulian, il s'occupera de ton apprentissage musical au conservatoire"

Maître Alessio fit un sourire qui laissa son âme d'enfant perplexe un bon bout de temps. Il savait qu'il pouvait leur faire confiance pourtant. Il hésita longtemps à ouvrir son cœur à ses adoptifs. Il ne réussit d'ailleurs pas vraiment en fin de compte. Enfin, il allait devoir s'adapter à son nouvel environnement... et cela serait très dur. Il savait qu'il devait tout faire pour continuer à vivre, et ne pas rester dans la solitude qu'il avait embarqué comme nouvelle amie depuis qu'on lui avait présenté sa nouvelle chambre et ses locataires "nouveaux amis".

Celso Van Assel : Jeune Garçon brun plutôt robuste, assez timide, mais qui adore la lecture. Son rêve était de devenir membre de  l'orchestre de la Scala de Milan.

Zaccaria Salamon : Jeune Garçon blond originaire d'une famille pauvre, enfant non voulu et reconnus. Né par inceste, il le cacha toute sa vie. Son rêve était de devenir membre du Sénat de Venise. Sénateur de Venise en somme.

C'est ainsi que se passa sa première journée à l'Orphelinat. Le soir après avoir mangé, il fit connaissance avec les règles du lieux, les coutumes de l'établissement, son histoire, le conservatoire de musique, il apprit également que les filles étaient séparés des garçons. Il commença a apprendre la "joie" de recevoir une éducation religieuse poussée mêlée à la musique.


Dernière édition par Mireille Van Roy le Dim 28 Aoû - 14:50, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://codagemireillefotest.forumactif.org
Mireille Van Roy
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: Re: One Shot : Développement du Personnage DGM : Solaris Weiss / mon Semi-Akuma   Jeu 28 Juil - 23:27

Pio Ospedale della Pietà, Orphelinat, Venise, Italie, Année 18xx
Age : 6 ans
Personnages concernés : Solaris Weiss, & Serafina Valmarana & Maître Alessio Zulian

~~~~~~~

Un beau matin d'hiver dans le conservatoire de musique. Solaris courrait vers son cours de musique. Il était en retard, encore une fois depuis le début du mois de Décembre. Il avait fait froid la nuit dernière, très froid. Enfin très froid, ce n'était que la sensation qui avait changé. La vie à l'Orphelinat était étrange. Bizarre oui. Il fallait se lever tôt le mâtin pour aider les bonnes sœurs, chacun d'entre eux avait une tâche et un rôle qui changeait toute les semaines. Comme sa pas de jaloux. Le début des repas, déjeuner, petits-déjeunés débutait toujours par un concerto ainsi que des prières : "Nous remercions Dieu pour ce repas qu'il nous offre chaque jours".

Au niveau douches et hygiène, c'était un peu plus compliqué chez les garçons que chez les filles qui attachaient un certain soin à leurs habits. Ce qui les obligeaient à prendre le temps de vérifier qu'il n'était pas abîmé, le cas échéant, le recoudre ou le faire recoudre par le tailleur de l'Orphelinat. Les rares sorties qu'ils faisaient étaient pour les fêtes et le carnaval. Ainsi que les messes.   A cet âge là, selon eux, ils n'étaient pas encore tout à fait prêt à se débrouiller tout seul pour allez voir le monde extérieur.

Ils restaient cloîtrés dans l'enceinte de l'établissement, et cela commençait à devenir un problème pour le rebelle Sol. Comme il était appelé par ses camarades. Enfin, ils ne manquaient de rien donc bon. Cela passait encore. Un peu. Son maître hurla lorsqu'il le vit enfin arrivé. Le petit vorrien, Solaris ne trouva rien pour se défendre, hormis le fait de tirer la langue. Alors il le fit. Toute fois, il se prit un coup de règle et d'Archet. Punition habituelle en somme. Maître Alessio fit une mine de dépité au fur et à mesure que Solaris expliqua tout de même son retard.

Il ne pu se retenir de poser la main sur son front et de s'asseoir. Ce gamin l'exténuait. Il lui fit un signe bref mais autoritaire d'aller chercher son violon, et de le préparer. En retour, le dragon solaire fit un geste de la main affirmatif et prit ses jambes à son cou.

"Il ne manque pas de culot" Soufflas le maître en allant lui-même se mettre en place sur la petite scène et en finissant la préparation de son carnet de mélodies. toutes plus ou moins connus pour être facile à apprendre à ses chers élèves.

En arrivant dans la salle ou furent ranger les instruments, Solaris ouvrit la porte en grand et la claqua derrière lui. Se positionnant contre la porte, il grogna, ronchonna dans sa "barbe" qui était en l’occurrence la position de ses bras devant lui.  Le jeune garçon posa son manteau dans un coin, et puis remarqua que quelqu'un était déjà là. Des traces de poudre blanche étaient parsemé sur le parquet de la pièce. Il faisait moins froid ici que dans le reste de l'établissement.

Il s'agissait de l'une de ses salles préférées. Il pouvait observer les détails des violons entreposés ici à lumière tamisée. La personne qui était là auparavant le brun ne la vit pas venir tout de suite. Trop occupé à nettoyer les cordes de son violon. C'est là qu'il rencontra la petite Serafina  Matilda Valmarana. De ce qu'il savait d'elle, pas grand-chose à vrai dire. C'était la première fois qu'il l'a croisait réellement en dehors des repas, et des jeux en extérieurs. Étrangement, le conservatoire de musique ne suivait pas les mêmes règles que l'orphelinat en lui-m^me ou que l'hospice en lui-même.

Elles étaient un peu plus souples. Enfin tout de même assez stricte pour que les bonnes manières soient de mises et respectés par la plus part des pensionnaires. Serafina se présenta devant lui, pliée en deux, les jambes par-dessus l'autre, les mains derrières son dos tenant son violon par la même occasion.

"Pourquoi tu boudes encore ?" Demanda-t-elle dans sa petite voix italienne cristalline, si vivante. Il écarquilla ses yeux en signe d'incompréhension. Comme si il essayait de lui cacher quelque chose. C'est à partir de là, qu'elle devint une amie précieuse.

"heu...je...pardon de vous avoir offusqué ou brusquer, je..." Il ne finit pas sa phrase, car il en n'eut simplement pas le temps. Elle mit son doigt sur sa bouche comme pour le faire taire.

"Laisse-moi deviner ! Comme tu as claqué la porte en arrivant, je suppose que tu es en colère sur la façon dont Maître Alessio traître les élèves qui arrivent en retard n'est-ce pas ?"

Il fit un signe de tête, surprit, il tourna la tête et fit la moue. Il gonfla les joues. Mal à l'aise, à cause de la situation présente. C'était la première fois qu'il ne savait pas ou se mettre ni comment réagir face à une fille. D'habitude avec les autres, lorsqu'il en croisait, c'était plutôt des provocations, de la taquinerie. Là, il resta sans voix pour la première fois de son existence. Ce fut également sa plus belle rencontre. Elle devint très vite importante pour notre jeune homme qui avait du mal dans la musique au départ. Il jouait souvent de fausses notes. Il devait donc recommencer, encore et encore.

Et grâce à Serafina, il pu commencer à évoluer vers quelqu'un de bien. Il pouvait commencer à oublier cette condition de vie par la musique. Il exprimait tous ses sentiments en travers son instrument. Bientôt ils vinrent former un bon duo. Ils travaillaient ensemble pour la musique, et si malheureusement ils ne pouvaient se voir en dehors du conservatoire. Cela n'empêcha pas le lien de se créer entre eux. Petit à petit, Solaris et Serafina commencèrent à s'amuser ensemble, parler, se confier l'un à l'autre. L'un et l'autre avait un caractère assez "complémentaire".

Ils étaient le rayon de soleil de l'autre libérés par la musique. Ils donnaient bientôt des concerto en duo, ou des chants avec les autres. Si proches et pourtant si loin l'un de l'autre. Tel pouvait être résumé ainsi le lien qu'ils entretenait à cette période.


Dernière édition par Mireille Van Roy le Dim 30 Oct - 12:58, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://codagemireillefotest.forumactif.org
Mireille Van Roy
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: One Shot n°3 : Solaris'Past ~    Jeu 28 Juil - 23:33

Pio Ospedale della Pietà, Orphelinat, Venise, Italie, Année 18xx
Age : 8 ans
Personnages concernés : Solaris Weiss, Celso Van Assel & Zaccaria Salamon

~~~~~~~

C'était la première fois qu'il volait. Bien sûr, comme il fallait s'y attendre, il se fit prendre. Il fut obligé de rembourser la pomme prise sur l'étoffe du marcher. La tentation avait été trop grande pour qu'il puisse y résister. Il n'avait fait qu'observer ses camarades de chambres faire avant. Il les observait voler sans jamais redonner. Il désapprouvait les méthodes employées. Distraire puis voler... Il n'aimait pas cela. Il le fit d'ailleurs remarquer plusieurs fois le soir lorsqu'ils jouaient aux cartes et qu'ils discutaient avant de dormir.

Il aimait ses colocataires qu'il considérait comme des amis désormais. Il était habitué à leur présence, aussi réconfortante que parfois négative. Il ne savait pas trop quoi penser d'eux. Ils faisaient parfois les quatre cent coups, et tentaient de t'embrouiller. De te faire venir avec sur le terrain. Ils essayèrent maintes fois de le mettre dans leurs combines mais à chaque fois il refusa. Préférant rester seul que de participer à ses bêtises et risquer l'exclusion de l'établissement.

Seulement, à chaque fois que il avait tenté de discuter avec eux, cela ne donnait rien. C'était un peu un dialogue de sourd entre autre. Jusqu'au jour, ou il finit par céder. Jusqu'à ce jour-là précisément. D'ailleurs, la sanction fut lourde puisqu'il fut privé de repas et assigné aux corvées de la semaine. A cause de lui, la rumeur fut vite éparpillé dans l'orphelinat. Au moins au niveau de celui des garçons. Ce qui eut pour conséquence que Solaris appris à se battre pour la première fois de sa vie.

Il fallut longtemps avant qu'il ne recommence à faire les quatre cent coups et qu'il ne réintègre sa chambre. Oui, on avait viré ses affaires dans le couloir par vengeance. Alors qu'au fond, il n'avait fait qu'essayer. En tout cas, une chose était sûre, il n'était pas fait pour être voleur... lui tout ce qu'il voulait.. c'était pouvoir profiter du monde extérieur comme il le voulait et non plus se contenter de rester cloîtrer à voler...


Dernière édition par Mireille Van Roy le Dim 28 Aoû - 18:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://codagemireillefotest.forumactif.org
Mireille Van Roy
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: Re: One Shot : Développement du Personnage DGM : Solaris Weiss / mon Semi-Akuma   Jeu 28 Juil - 23:34

Pio Ospedale della Pietà, Orphelinat, Venise, Italie, Année 18xx
Age : 10 ans
Personnages concernés : Solaris Weiss, & Maître Alessio Zulian & Sœur Astoria

~~~~~~~

Il était une fois, un jolie garçon qui allait atteindre l'âge d'aller travailler pour gagner sa vie... Non ! Il refusait catégoriquement. Alors que tout les autres mangeaient calmement dans le réfectoire, Solaris hurlait, sautait, et troublait le silence de la pièce à manger. Tout le monde le regardait du coin de l’œil. Il le sentait, mais ce n'était pas pour autant qu'il allait se calmer. Loin de là d'ailleurs, il continuait à refuser, il continuait à faire des siennes en s'agitant dans tout les sens.

Il refusait de passer le début de son adolescence à travailler. Pourquoi le monde adulte voulait toujours faire travailler les plus jeunes ? Cette idée le rebutait. Il la détestait et la haïssait. Il ne voulait pas travailler, il voulait découvrir le monde, ne plus être enfermé dans cet Orphelinat. Il voulait poursuivre sa voix dans le violon, il voulait apprendre à chanter. Il voulait vivre de la musique. Il ne voulait pas être considéré comme un unique objet dont on pourrait se servir allègrement comme ça, en un claquement de doigt.

Il voulait vivre sa vie comme il l'entendait. Il ne voulait pas devenir quelqu'un qui travaillerait encore et encore jusqu'à épuisement. Cette vision de lu-même était la pire chose qu'il pouvait lui arriver. Il gênait tout le monde, mais il s'était mit en tête de ne pas céder avant d'avoir obtenu raison, et dans le cas contraire... il trouverait comment remédier à sa situation. En fuguant là on ne l'attendait pas. C'est-à-dire au moment propice, quand ils auraient le dos tourné en somme. Oui, il aimait les faire tourner en bourrique. Il adorait titiller les nerfs des directeurs.

Cependant, c'est quand même à cause de cette décision que son adolescence fut pour lui un cauchemar. Il refusait tout ce lui donnait à faire, ou alors il fuyait dans un endroit calme et y passait le reste de la journée. Il passait ses journées là à chanter, rêvasser, lire. Il ne supportait pas qu'on vienne le déranger. Il ne supportait pas qu'on le prive de liberté pour aller travailler. Alors souvent il sortait de l'enceinte de l'établissement pour aller se promener en ville. Et il apprenait beaucoup de choses.

Des choses qu'il ne pouvait apprendre aux cours de l'Orphelinat. Dans l'éducation qu'on lui donnait, dans son instruction, il améliorait son savoir. Évidement, lorsqu'il retournait ensuite à ses cours de musiques, et de chant au conservatoire, Solaris se faisait gronder par maître Alessio. Il ne supportait pas le mauvais comportement du jeune homme. Surtout qu'il était en âge de se débrouiller. Il n'arrivait pas à comprendre comment il pouvait se rebeller autant contre ses "bienfaiteurs". Quant à sœur Astoria, elle désespérait de ne pas réussir à le faire changer d'avis. Elle essayait tout et n'importe quoi pour le convaincre de travailler rien qu'une fois.

Elle ne réussit à pas à le convaincre pour le moment. Elle essaye encore, elle insiste sur les bienfaits de commencer à travailler tôt, surtout avec de l'ambition, puisque justement Solaris en avait. Mais rien n'y faisait. Cela continua ainsi les années suivantes. Cela lui permettait également de casser le train de vie quotidien.Bref, il ne faisait pas l’unanimité parmi les siens, il finit par être mis de côté, également car pas assez robuste pour tirer quelque chose de lui. Il finit même par ne plus manger grand-chose, non plus, il passait ses journées dehors le plus loin possible de son orphelinat. Les gens qui s'en occupaient étaient obligés de le ramener.


Dernière édition par Mireille Van Roy le Dim 28 Aoû - 19:56, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://codagemireillefotest.forumactif.org
Mireille Van Roy
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: Re: One Shot : Développement du Personnage DGM : Solaris Weiss / mon Semi-Akuma   Jeu 28 Juil - 23:36

Pio Ospedale della Pietà, Orphelinat, Venise, Italie, Année 18xx
Age : 12 ans
Personnages concernés : Solaris Weiss, Seamus Arthur Weiss, Soeur Asteria, Maître Alessio Zulian, Celso Van Assel, Zaccaria Salamon, Serafina Valmarana

~~~~~~~
C'était un jour comme les autres. Ou tout du moins, ça aurait pu l'être. Car bien évidemment, la roue du destin en décida autrement. En cette belle journée d’hivers, alors que tu venais de te battre avec tes locataires de chambres et de fuguer à nouveau. Un homme aux cheveux châtains s’avance vers toi. Toi qui te faisait gronder à ce moment même par la directrice de l’Orphelinat et par la sœur responsable de toi.

L’homme à la queue de cheval et au manteau noir de cuir était venu pour t’adopter. T’emmener loin d’ici. Loin de cette famille qui te voyais grandir. Cet homme travaillait pour l’église. Enfin, un régiment spécial qui faisait des recherches. Au début, tu ne croyais pas ce qu’il te disait. Et puis, lorsque cet homme en rouge est arrivé et que vos regards se sont entrecroisés, tu aperçus une lueur d’espoirs.

Une flamme qui brillait de milles éclats dans ces habits rougeâtres. Un Corbeau. Un membre de l’unité d’élite du Vatican accompagnait le chercheur. Tu avais été choisi pour devenir l’un d’eux. Un membre d’une unité spéciale. Un membre d’élite. Tu étais malade une fois arrivé chez eux, une fois le voyage et les papiers administratifs réglés. En effet, pendant le voyage tu avais réussi à chopper ce que l’on appelait « Grippe ».

Une maladie dût à un virus inconnus… au bataillon.


Dernière édition par Mireille Van Roy le Mar 27 Sep - 23:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://codagemireillefotest.forumactif.org
Mireille Van Roy
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: Re: One Shot : Développement du Personnage DGM : Solaris Weiss / mon Semi-Akuma   Jeu 28 Juil - 23:43

○ One Shot : Première Mission | Les Quatre Saisons (Vivaldi) : Le Printemps




Dernière édition par Mireille Van Roy le Jeu 28 Juil - 23:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://codagemireillefotest.forumactif.org
Mireille Van Roy
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 08/07/2015

MessageSujet: Re: One Shot : Développement du Personnage DGM : Solaris Weiss / mon Semi-Akuma   Jeu 28 Juil - 23:46

○ One Shot : Troisième Mission | Les Quatre Saisons (Vivaldi) : L'Hiver
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://codagemireillefotest.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: One Shot : Développement du Personnage DGM : Solaris Weiss / mon Semi-Akuma   

Revenir en haut Aller en bas
 
One Shot : Développement du Personnage DGM : Solaris Weiss / mon Semi-Akuma
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Test de Mireille :: Coin Blabla/essai/autre :: Coin Rp-
Sauter vers: